AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
FERMETURE DE YUUKOU

Pour plus d'informations, rendez-vous par ici.

Aliénor Kingsley – OHAYÔ GOZAÏMASU ! [Unavailable \°o°/]
Élève de la filière culinaire
✖ Date d'inscription : 11/02/2015
✖ Messages : 17
✖ Yuus : 2952
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 17 printemps !
✖ Sexe du perso : Féminin. ♀
✖ Spécialisation(s) du perso : Cuisinière gastronomique & cuisine du monde.
✖ Poste scolaire : /
✖ Club du perso : Cuisine. - ADMINISTRATRICE.
✖ Travail du perso : Cuisinière dans une brasserie culinaire typique japonaise, intitulée KIRASAGI & située dans le quartier touristique 3 soirées par semaine.
avatar
Aliénor Kingsley
Élève de la filière culinaire

Jeu 12 Fév - 14:07
Αα « Aliénor Kingsley. » ωΩ

» Présentation identitaire :

Informations scolaires ;
Diminutifs : Ali' (Alien ! Alligator ! AliBaba [au rhum] ~). xD
Sexe : Féminin. ♀
Âge : 17 ans.
Date de naissance : 23/10/1997… La saison où les végétations perdaient leurs senteurs fruitières & leurs  feuilles dans un tourbillon de multiples couleurs.
Origine(s) : Anglaise & sino-japonaise. – Oui, oui, mitigée cochon d’Inde !
Double-Nationalité(s) : Britannique & japonaise – je suis originaire de la province insulaire d’HOKKAIDO [北海道], de la ville portuaire de KUSHIRO [ 釧路市], où gouvernent les fleurs de capucines, les neiges hivernales & les brises glaciales.
Groupe Sanguin : O- ; & vouiii les mecs, je suis donneuse universelle ! HÉÉÉ… Éloignez cette seringue de moi ! >o<" TOUT DE SUITE !
Situation professionnelle : (Baito) Écolière en cuisine dans la brasserie culinaire du quartier touristique, intitulée sur une deventure : « KIRASAGI : À la découverte de la cuisine asiatique ! » : où elle travaille 3 soirées par semaine, afin d’avoir un salaire suffisant pour couvrir ses sorties & ses loisirs coûteux. Et puis potentiellement, monter un groupe rock’&’roll & donner d’immenses concerts, c’est une savoureuse tentation à réaliser, non ? ;3
Informations personnelles,
Situation scolaire : Lycéenne en 1ère A. à l’ACADÉMIE YUUKOU.
Régime scolaire : Pensionnaire interne.
Groupe scolaire : Originaux – Oui, je suis loufoque & excentrique,  surtout lors de composition d’une partition rock’&’roll ou de la découverte d’un goût innovateur ! \o/
➜ Filière(s) scolaire(s) : Si les notes d’un instrument musical ou les vocalises d’une voix harmonique sont un mélodieux concerto pour mes oreilles, la gastronomie est une symphonie pour mes narines comme mes papilles ! ~
Mes vocations ? Réunir des personnalités inconnues comme connues entre elles & assister à la création de nouvelles relations, au milieu de groupies & de connaisseurs de musiques… Mais aussi autour de vaisselles magnifiques en porcelaine ou en ébène, où des étoiles dans les pupilles, les sublimes gourmets me confirmeraient la satisfaction que l’on devrait ressentir lorsque l’on favorise & réalise les délices & les félicités des personnes de ce monde ? Donc, en déduction (vous êtes trop fortiches ! vous trouverez…), je choisis donc de m’inscrire dans le domaine de la... ? de la... ? de la CUISINE !!
Spécialisation(s) scolaires : Si vous me le permettez, je désirerai être cuisinière gastronomique pour la filière culinaire. Ah... & ne vous en faites pas trop si vous m'écoutez vocaliser en pleine cuisine ! Pourquoi ? EUH… Je pratique la mélomanie pour acquérir l’inspiration nécessaire à la cuisine ? ... Je vous l’avais dis, je suis louftingue !
Club : Cuisine &/ou Musique ! (pour commencer… puisque je suis vraiment très très TRÈS curieuse… & qu'il est obligatoire que je me perfectionne !).
Rang particulier : « THE Samouraï des sushis & des makis ! – THE Artiste de la rock music ! »

Qu'est-ce que vous souhaitez savoir de plus ?
Sexualité : Euh...*BLUSH* bisexuelle ? (par procuration… ça laisse plus de choix dans les proies, HÉ HÉ ! ~).
Qualités : audacieuse – ambitieuse – exigeante – courageuse – rigoureuse – minutieuse – studieuse – intrépide – sincère – honnête – authentique – joueuse – mutine – espiègle – séductrice – indépendante – protectrice – volontaire – déterminée – compétitive – modeste – généreuse – enthousiaste – sensible.
Défauts : cynique – sarcastique – ironique – caustique – opiniâtre – autoritaire – perfectionniste – impulsive – impatiente – imprévisible – indocile – colérique – capricieuse – volcanique – susceptible – vindicative – provocatrice – méfiante – maniaque – obstinée – contradictoire – lunatique – exclusive – possessive.
… Vouais, ce n’est pas un portrait très reluisant, certes… Mais, ça me convenait, car je suis… *roulement de tambours* la personnification du feu & des étincelles au milieu de la poudre & de la dynamite !
Néanmoins, je pense que c’est suffisant comme qualificatifs pour donner une définition précise de ma personnalité, non ? QUOI ?! Il y a besoin d’une explication détaillé sur tout, vraiment ? ToT
Okay, R.D.V. dans la description psychique… ~

Hobbies : CUISINER (des sushis, des udons & des bentos) ! COMPOSER (des mélodies pour les concerts & le cinéma) ! DÉVORER DES ÉNORMES BOUQUINS (de style historique, thriller policier, science-fiction) ! CONDUIRE DES BOLIDES VÉLOCES ! ME PROMENER, LES ÉCOUTEURS DANS LES OREILLES POUR TROUVER L’INSPIRATION TANT CULINAIRE QUE MUSICALE… Jouer pour moi-même d’un instrument (traduction : faire l’amour à ma guitare chérie de mes mains agiles), rédiger des poèmes sinistres ou mélancoliques (translation : écrire des récits dépourvus de sens ; "ni queue ni tête" de mon écriture brouillonne), mais aussi la méditation & le kung-fu, le taï-chi ou la capoeira par curiosité (je ne suis pas ceinture noire ! xP).  
Phobies : Cheimophobie (peur des éclairs – mais pas ceux qui sont fourrés & saupoudrés à la framboise ou au chocolat, HEIN !).
Particularité(s) : CAN YOU KEEP A CRAZY SECRET, BUT NEVERTHELESS VERY DANGEROUS IF YOU REVOLVE & DIFFUSE IT ? : Je converse souvent lorsque je suis en proie à des crises  de "Peterpantinisme" en compagnie de ma peluche de panda SIR SASORI (oui, vous ne rêvez pas… Mon "doudou" se nomme "scorpion", ça c’est l’expression de mon incorrigible putain de logique biscornue, mais j’ignore pourquoi je l’ai intronisé SIR, il n’est même pas aristocrate, c’est un fils illégitime BOWDEL ! Oo).
Encore plus ? Vous êtes exigents ! ô.o' ;
Incarnation de l'avatar : TATEYAMA AYANO – KAGEROU PROJECT. OH YEAH ! x3 (& aussi accessoirement & alternativement CHITANDA ERU – HYOUKA).
Rang de l'avatar : « Je joue de la guitare plus rapidement que Jimi Hendrix & je découpe les thons plus vélocement que mon ombre… MEC !  ».
Règlement : Est-ce que vous me laissez le choix ? x')
Quel est le code ? : EUH… BONBONS ? … « les bonbons mangeurs de yuukougiens ! » MAIS, mais, mais ! Non mais oh ! C’est vilain ça… Je ne veux pas me faire boustifailler par des bonbons moi ! T.T Les bonbons, c’est moi qui les bouffe compulsivement comme une furie au cours d’un génocide, mwahahah ! NAH ! GLOUPS ! MIAM. ~ <3
H/Y/Y/U : À l’occasion.
Où est-ce que j'ai trouvé le fow' ? : C’est une trèèès longue histoire… Sincèrement, clairement de plus en plus désespérée, je vadrouillais, divaguais, flânais, (somnollais) mes yeux de poisson agonisant s’esquintant sur les sites en perdition des gouffres d’internet jusqu’à ce que votre graphisme m’interpelle & que je m’intéresse au synopsis, à l’intrigue & aux informations du fow’ de plus près… Ouais, je sais, c’est très glorieux comme réponse. xD
Qu'est-ce qui m'a attiré sur le fow' ? : Le thème & le design visuel est vraiment très attirant car il est très interactif & dynamique, en plus des couleurs vives qui ne sont pas ordinaires, donc c’est une manière géniale de focaliser l’attention du visiteur ! Sinon, le concept est simple, distrayant, concis ; & on a toutes les informations pour bien commencer à jouer les rôlistes. Il y a à l’air d’avoir une ambiance sympa’, une activité suffisante pour pas que le fow’ soit mort dans 2 mois, & des animations/event’ pour faire bouger les fesses du monde ! ;D
Suggestion d'une emmerdeuse ? : MH... CONTINUEZ ! ...
Les poulpes domineront le monde ! *w*

SATISFIED ?
--- --- --- ---
» HISTOIRE DU PROTAGONISTE :


« Un oisillon furieux que l’on ne délivre de sa volière scellée, s’incarne dans la marginalité… comme un écroué réfractaire de sa servilité, il parviendra un jour à se libérer de ses chaînes, puis à déployer ses ailes pour s’éclipser vers un accueillant rivage. »


~ ¤  ~ ღ ~ ¤ ~

OHAYÔ GOZAÏMASU !
(Bonjour ! ~)

HAJIMEMASHITE !
(Je suis ravie de faire votre connaissance ! ~)

  Je suis Aliénor Kingsley, & je suis heureuse de vous rencontrer ! ;3 Mais je vais vous avouer que je n’ai pas spécialement envie d’écrire ou de réciter mon histoire familiale aujourd’hui, où je glisse pour la première fois… Comment dit-on déjà ? Ah, oui ! MY FUCKING POPOTIN dans les illustres édifices de l’ACADÉMIE YUUKOU. Les présentations exhaustives patienteront… Une incontestable éternité ? Ici, c’est le symbole d’une symphonie lyrique qui célèbre le renouveau pour moi, pour ma vie & pour ma personnalité qui est impatiente de s’épanouir… Je veux oublier… Je ne veux plus me souvenir… Je veux épousseter la craie qui souille mon ardoise à jamais ! Et c’est dans cette académie que la renaissance du phénix peut commencer… doit commencer… commence dès maintenant ! Je l’ordonne !

PROLOGUE.

« PHOENIX’S PREDICTION ; l’Arrivée à l’Académie. »

… Une goutte de pluie… Deux gouttes de pluie… Trois gouttes de pluie… Plicplocplicplocplicploc...

M#@&§ !!!

  Il commençait à pleuvoir… Les cumulus duveteux, cotonneux s’amoncelaient dans l’air, les éclairs aveuglaient, déchiraient le  ciel, le fulgurant tonnerre pourfendait les tympans dans une assourdissante vocifération… s’alliant afin de constituer une chorégraphie cacophonique. Et j’attendais impatiemment un véhicule qui me déposerait à l’ACADÉMIE YUUKOU en ignorant si dans une décennie, il se déciderait enfin à arriver en direction de cette station inanimée… J’étais despotiquement dépourvue d’un parapluie pour m’abriter efficacement du déluge diluvien, qui m’assaillait moi… & une 2ème personne.
  La silhouette sombre se détachait par la disparité flagrante, tangible entre ses vêtements nébuleux & la façade laiteuse contre laquelle il s’appuyait aisément, la capuche de son sweat-shirt affaissée par l’eau qui la détrempait, en dissimulant son visage. Découvrant ainsi une alternative attrayante à la pénible crainte qui m’assiégeait continuellement lorsque l’éther démontrait son courroux, je l’étudiais en entier, furtivement mais soigneusement derrière les verres teintés de mes lunettes solaires Ray Ban aux montures argentées (une ancienne habitude de survivante de les conserver, même sous une pluie torrentielle) : cette ombre était indéniablement masculine.
  Les muscles proportionnés se dessinaient sous les étoffes, lui attribuant une stature élancée & fuselée… Ah… Délicieux ! Il portait un sweat-shirt épais aux motifs géométriques, monochromatiques ; l’échancrure & les emmanchures de sa chemise blanche se découpait de la noirceur… Mh… Salivant !! Le jean qu’il abordait, moulant aux endroits stratégiques, semblait bleu crépuscule & il était assorti à des lourdes bottes de cuir noir… "Miam ! PAR-FAI-TEM-ENT Savoureux  !!! Une délicieuse mignardise classiquement rock’n’roll à l’horizon, mon Amiral !" m’hurlait joyeusement -par le biais des hormones inavouables- ma sensualité rudoyée par une bizarroïde abstinence à laquelle je m’astreignais, qui la muselait, méfiante, d’une magistrale bourrade à son fessier imaginaire.

~ ღ ~

  À l’instant propice pour aviser son minois qui décidément s’entourait de mystères, j’inclinais mes carreaux fumés perchés sur mon nez recourbé, afin de dévoiler mes iris noirs abyssaux… qui hypnotisèrent soudainement ses iris céladons, par leur pouvoir étrange d’inspirer une fascinante stupéfaction. L’expression ébahie qui se peignit sur sa frimousse juvénile le rajeunit suffisamment pour qu’il ressemble soudainement à un malicieux gamin aux mèches ébouriffées, en une dégradation d’un blond décoloré.
  Mon imposante satisfaction m’autorisa à lui concéder un versatile sourire -celui qu’un carnassier aux crocs aiguisés adresserait à un volatile aux sobres plumes, particulièrement appétissant & grassouillet, si un carnassier avait la capacité de sourire comme un humanoïde-. Puis je me détournais rapidement de son magnifique physique d’Adonis pour observer l’horaire sur ma montre alambiquée Cartier : 18 : 38 ! Furieuse, je martelais rythmiquement le dallage de grès gris moucheté blanc, en m’interrogeant sur le pourquoi & le comment, par tous les dieux Olympiens, m’étais-je retrouvée sous un cataclysme pluvieux le temps d’une interminable heure, sans apercevoir la moindre voiture ou le moindre taxi ?!
  Finalement, une berline qui imitait de manière saisissante une adipeuse corneille vrombissante au plumage d’une carrosserie luisant, émergea de la brume & de la pluie environnante au coin du boulevard. Le pouce levé vers le haut, les semelles de mes Docs posées sur la lourde malle de couleur grenadine émaillée de lamelles argentées, je sifflais la rutilante automobile Audi A.8. qui s’immobilisa à mon niveau d’un freinage silencieux… & une portière arrière s’ouvrit alors que l’enseigne lumineuse clignotait désormais d’une tonalité rouge.

~ ღ ~

  Tandis que je m’apprêtais à disposer mon encombrante valise dans le coffre, sans laisser au voiturier l’utilité de soulever ma cargaison ; (puisque je souhaitais me soustraire à l’orage inlassable le plus hâtivement possible), une main que l’on aurait dit presque écailleuse effleurait mon bras à moitié découvert par l’effort… Je me pétrifiais immédiatement de surprise, tandis qu’une voix mélodieuse transperçait la symphonie larmoyante que composait l’empyrée :
- « Excusez-moi Mademoiselle, déclara-t’-il dans un sourire courbé, pourrai-je voyager avec vous pour rejoindre l’Académie ? ».
  Vacillant légèrement sur mes chaussures bordeaux Doc Martens, j’écarquillais les paupières par l’ahurissement qu’il occasionnait, en faisant la constatation que le jeune inconnu -horriblement sexy- était un pensionnaire académicien, soutenant un bagage cabossé aux intrigantes brûlures. Il patientait sagement que je lui fournisse une réponse –il devait espérer clairement que cela soit affirmatif- en rabaissant la capuche de son sweat-shirt détrempé sur son cou & s’ébrouant comme un animal ruisselant qui détestait l’eau froide.
- « Certainement. »
  Je m’engouffrais précipitamment sur le siège arrière, en soufflant mon intense soulagement de me retrouver désormais à couvert de ces intempéries décourageantes, qui s’amplifièrent en des rafales intimidantes… Et surtout afin d’apaiser les pulsations chaotiques de mon organe cardiaque & les respirations suffocatrices de mes organes ventilatoires ! Mon cerveau, encouragé par l’adrénaline, ne pensait qu’une exclamation infatigable, prononcée virtuellement en boucle pour éviter la crise cardiaque, l’infarctus, la rupture d’anévrisme… : CE "COUILLON LUNAIRE" EST UN ANIMAL NIAISEUX AU RAVIOLI RAMOLLI SOUS SA TIGNASSE BILIEUSE ! Oui, c’était… Comment dire ? Très poétique & métaphorique ! Mais surtout très original & légèrement voire même, typiquement folklorique de la provinciale "hokkaidoiaise" que je suis ; que je le veuille ou que je ne le veuille point.

~ ღ ~

  Mes fringues se transformaient en leur nouvelle vocation, semblerait-il : en éponges spongieuses qui dégorgeaient leurs eaux limpides sur le cuir brillant que revêtaient les fauteuils, mon gilet bleu de cachemire tie & dye était délavé, mon jean slim en denim blue & black était similaire une nouvelle peau, telle une mue serpentaire… Mais je feignis de le voir que distraitement en essayant de retenir mes grelottements ostentatoires qui saccageaient ma légendaire dégaine, alors qu’il empilait sa valise sur la mienne & qu’il s’engageait dans l’habitacle pour que nous l’inondions à cœurs ouverts conjointement. Puis la voiture s’ébranla paisiblement en dépit de la pluie incessante, en direction du pensionnat.
  Un soupir songeur franchit la muraille obstinée de mes lèvres qui désenchantaient par le climat irascible qui régnait obligeamment en maître incontestable sur cet impressionnant pays, & ma bouche pulpeuse se tordit soudainement en une grimace évocatrice. Pourquoi la rêverie insolite  m’avait-elle insufflé de poursuivre ma scolarité incohérente en m’inscrivant dans cette "prodigieuse" institution ?! Mon esprit était férocement perfide -néanmoins j’ignorais à l’époque que je désavouais ma virtuosité, & qu’elle serait particulièrement profitable ultérieurement- !
  Et, en même temps que j’étais assiégée par mes élucubrations, le véhicule ténébreux avalait goulûment les sporadiques kilomètres qui nous distançaient du vénérable établissement, louvoyant avec une aisance désorientante sur les rubans d’asphalte, sineux comme des serpents, assombris par l’ondée incessante. La coupole céleste continuait de déverser copieusement ses larmes glaciales sur le paysage imbibé comme une titanesque éponge, qui s’esquissait progressivement sous mes yeux curieux… Il s’étendait, s’étirait, se tiraillait, se convulsait, s’écartelait, se lacérait en une explosion insondable d’une unique teinte : le vert grisâtre. Et oui, c’était en pleine période de mousson estivale !

 ~ ღ ~

  L’ambiance académicienne se voulait délibérément  -avait-elle l’impression- sinistre, sordide, &  en comparaison de l’existence anglaise, qui se souhaitait clairement trépidante, réjouissante, & flamboyante. Cette constatation me dépaysait de  la violente frénésie & de l’agressive boulimie que représentait l’activité touristique & économique de la banlieue londonienne ou encore de celle tokyoïte, car désormais je m’enfouissais dans les cœurs mystérieux de l’éloignement rustique, & ce avec une certaine appréhension.
  Je contemplais ce paysage dans une observation confinant à l’idolâtrie, comme une simple nymphe isolée dans une sylve luxuriante, tout droit sortie des contes féériques ou poétiques : les souches étaient recouvertes de lichens, les roches étaient envahies de mousses, les troncs s’effaçaient derrière les lierres grimaciers, & les eaux arboraient des reflets verdâtres… La couleur se déclinait en une kyrielle de verts doux, de verts acerbes, de verts aigres, de verts amers, de verts acides… VERT… VERTVERT
  La vision bucolique se métamorphosait en une claustrophobie sadique qui se jouait de moi, avec une félicité jouissive qui s’employait à m’asphyxier délicatement. Et je suffoquais presque en décidant d’exiler à jamais le vert de ma vie, lorsque mon soigneux voisin s’agita insouciamment comme un chiot candide, frivole & folâtre, sa sociabilité outrancière l’incitant à laïusser joyeusement. Ses interrogations voltigeaient comme des spectres dans ses pupilles tandis que nous discutions de mon avenir à l’Académie, puisque je lui refusais catégoriquement d’évoquer mes souvenirs…

~ ღ ~

     Et lorsqu’il fut rassasié des informations que je lui ai délivrées, sans vraiment réaliser que je m’épanchais sur sa clavicule vigoureuse, tandis qu’il m’extirpait des vérités cruciales sur ma véritable personnalité, -& que j’aurai du conserver comme des vérités inexpugnables si j’avais su la doctrine élitiste qui dominait le nouvel internat- ; je ripostais en recueillant des indices sur lui de manière innocente :
- « Damian… Pourquoi es-tu inscrit dans cette lointaine Académie, si tu résidais autrefois dans une île idyllique sur la mer Méditerranée & que tu affirmes que tu t’y plaisais beaucoup ? ».
  Il tressaillit, la rigidité crispant son visage & son corps dans une attitude défensive :
- « Je sais que c’est effronté de refuser à t’avouer la motivation qui me pousse toujours à m’éloigner de ma patrie, mais je ne désire pas ressusciter d’anciennes blessures en relatant mon histoire intégrale… ».
  Avec un sourire narquois, je lui répliquais d’une tonalité enjôleuse :
- « Grandiose cabriole que cette esquive diplomate… & ce, pour éviter ma question indiscrète ! ».
  Il fut secoué d’un rire à l’intonation sarcastique, avant de poursuivre d’une sincérité rédemptrice & un sérieux implacable qui me désarmaient, & je devais me retenir d’ouvrir les yeux comme des soucoupes pour le lorgner, comme je le ferais pour un simplet qui m’exaspérait ou m’ahurirait avec une intensité stupéfiante… :
- « On ne t’évince pas facilement, hein ? … Aliénor, suis-je aussi prévisible ? » me questionna-t’-il, les yeux levés vers le ciel qui continuait de larmoyer..
Ouais… "Clairement, mec !" j’aurai voulu lui dire ; mais au lieu de ça, je recherchais une diplomatie sur ce que je ressentais vraiment, & oubliant quelques instants qu’il était un gentil niais… mais finalement, je réalisais qu’il était une personne bien plus profonde & complexe qu’il n’y paraissait. Depuis longtemps je ne ménageais plus la sensibilité d’autrui ; & pourtant je fis une exception incompréhensible pour lui, sans le vouloir, sans l’esquiver, tellement elle m’opressait, m’intimait de lui rendre le sourire, dans une volonté implacable, elle me dirigeait pour lui rendre la joie de la vie sur les traits de son visage :
- « Mh… Tu es plus prévisible que tu ne puis l’envisager, mais je trouve que c’est rafraîchissant de s’apercevoir que tu es ce que tu es : un maladroit sans hypocrisie & sans simulacre. ».
  Surprise de ma franchise pour un inconnu, je commençais néanmoins à apprécier cet épisode qui paraissait apaisant, avec l’accueillante couette que j’avais déniché sur le siège & je consentais à me laisser dorloter par l’aimable voix de mon confrère qui s’apparentait à un doux ténor, pendant que nous enchaînions les conversations anodines. Je ne me lassais pas de le dévisager, stupéfaite de me comporter aussi authentiquement en sa compagnie, ma méfiance s’effritant sous sa jovialité, comme une brise purificatrice soufflant sur mon esprit paranoïaque pour l’enliser dans une léthargie abyssale…

~ ღ ~

  Les bâtiments impressionnants de l’ACADÉMIE YUUKOU se déployaient dans le lointain, dominant les collines qui les entouraient comme un bataillon militaire assiégeant un château médiéval. Un doux virage à droite… Une accélération en ligne droite… Un crissement des roues qui s’immobilisent sur le bitume… Nous sommes maintenant arrivés à destination d’un avenir plus qu’incertain, où les secrets, les intrigues, les complots, & les histoires chimériques à sommeiller debout (ou non ?) se bousculaient dans les couloirs, entre les pièces, ou encore les innocents élèves qui ne se doutaient de rien. "Oui, précieux Yuukougiens, on débarquait & ça va faire mal !" pensais-je lorsque je claquais la portière, un sourire vicieux étirant mes lèvres, dont le son qui résonnait sonnait comme le point final d’une machine à écrire ! Nous extirpons nos colis du coffre du véhicule qui rebondit en trombes sur la route pour trouver de nouveaux pigeons à dépouiller facilement, & nous nous dirigeons ensemble vers ce qui semblait l’accueil de l’institution, une vicieuse & biscornue appréhension nouant nos entrailles… Mais, contradictoire à la fois, nous étions heureux de pouvoir tourner la feuille froissée de notre existence, la laissant bientôt aussi bien lui que moi, très lointaine, derrière nous ; & on espérait vraiment qu’elle resterait toujours & à jamais lointaine !

ARIGATÔ GOZAÏMASU.
(Je vous remercie beaucoup ! ~)

MATAAIMASHÔ !
(Au revoir ! ~)

~

THE END- or not ?

» DESCRIPTION PHYSIQUE :


« L’exquise chenille esquisse enfin sa délicate chrysalide translucide, patientant dans sa gracile coquille que les étincelles diurnes mouchettent une kyrielle d’éclipses sur cette éphémère pellicule, afin que le papillon bigarré s’exhibe de nouveau au soleil rougeoyant. »


~ ¤  ~ ღ ~ ¤ ~

« MH… Mon physique ? HIHI… Très drôle ! »

  Honnêtement… J’espérais ne pas devoir réduire vos modestes illusions en ce qui concernait désormais l’importance cruciale que l’on attribuait aujourd’hui à la physionomie dans notre civilisation mondialiste & artificielle ! Que la laideur ou son contraire vous aient caractérisé comme une cible potentielle ou comme une cible effective, elles se révélaient être toutes les 2 un véritable fardeau à vadrouiller toute votre vie. Elles voudront vous faire fléchir sous leurs poids respectifs, qui sont de plus alourdis par la vision lubrique ou dégoûtée des humains qui vous entourent. La commodité d’être ni laide, ni belle, est que l’on vous considère comme ordinaire & classique, voire même d’une banalité & d’une insipidité affligeantes, ainsi vous choisissez donc l’une de ces 2 options suivantes :
  Soit :
- On ne vous jalouse point de ne pas être roulée comme un missile qui aurait fusionné aux maquillages outranciers, aux tuniques indécentes, & aux dessous impudiques. On ne vous jalouse pas de ne pas être étiquetée dès votre rentrée au lycée comme "MASTER OF CHEERLEADERS" & intronisée "QUEEN OF PROMOTION" ; de ne pas être la mission n°1 de tous les "PLAYBOYS" couramment baptisés comme possibles "KINGS". Qui dévoilent d’ailleurs des Q cimentés à l’haltérophilie, des biceps-triceps-quadriceps bétonnés aux anabolisants, qui salivent sur vous en imaginant vous baiser comme une chienne (en position de la bestiale & dominante levrette, avec une multitude d’aboiements virilisés, s’il-vous-plaît, sinon cela foudroierait-il l’érotique légende ?).
- On ne vous réprimande pas de ne pas être un ouvrage épouvantable, une hérésie de l’esthétisme, voire la progéniture d’HÉPHAÏSTOS lui-même ou l’infidèle d’APHRODITE elle-même. On ne vous réprimande pas de ne pas faire s’enfuir en sprintant un centenaire vierge désespéré, atteint de cécité & de surdité, putréfié d’arthrite, sous insuffisance respiratoire & cardiaque. Et, je suis certaine qu’en affirmant qu’il soit estropié de sa motricité physique, assisté par un fauteuil roulant, il dépasserait une LAMBORGHINI EGOISTA, 10 cylindres, fulminant à une vitesse colérique !
  J’hyperbolise à peine, ce ne sont que des hyperboles filiformes, vous dis-je ! Mais, pour récapituler, si vous vous situez dans ce que l’on perçoit comme la "normalité", on vous délaisse les semelles des CONVERSES’ pour se précipiter sur le prochain coup foireux à réaliser ou sur la dernière médisance dégoulinante à débagouler contre ces putains d’archétypes mondains !

~ ღ ~

  Néanmoins, puisqu’il est obligatoire dans sa vie de jouer les béguineuses exhibitionnistes sur cette foutue guillotine, je vais me faire mousser le minou pour l’écouter miauler, comme la plus prétentieuse des pouffiasses : cela boursouflera encore un peu plus mon égocentrisme prométhéen & homérique ! Je détiens une silhouette mince, d’environ 1,71 m pour 53,5 k ; mes membres sont biens dimensionnés & proportionnés, mes courbes sont généreuses & vigoureuses. Je suis athlétique depuis ma juvénilité par la pratique intensive des disciplines sportives, comme le KUNG-FU, le T-CHI & la CAPOIERA qui sont des passions catégoriques car j’étais & je reste légèrement touche à tout, encouragées par la nécessité de me défouler. Mes muscles sont solides & sveltes, ce qui permet à mon squelette de soutenir leurs poids ; & en dépit de mon inhabilité coutumière, ils me confèrent une souplesse & une vélocité non-négligeables pour me soustraire aux admonestations &  molestations familiales.
  La carnation de ma peau est opaline, ce qui me fait paraître comme une victorienne sous une ombrelle à la moindre apparition solaire… Et ce qui concède à mes iris immenses une teinte éthérée à la rigidité de l’onyx, soit une gracieuse alliance entre le bleu crépusculaire, le bleu océanique & le noir insondable, aux reflets métalliques. Mes yeux sont dessinés comme des amandines, entourés de longs cils –ce qui me destitue le besoin impérieux de les enduire de mascara BLACK, pour me conférer des pupilles de louve sanguinaire ou de biche effarouchée, selon les occasions.  Ils sont aussi valorisés par de délicats sourcils de couleur similaire à ma crinière indisciplinée & très souvent ébouriffée. Mon visage est ovalaire : il commence sur un front notoire (Où souvent, l’on peut apercevoir les rouages & les poulies de la machinerie se coincer !), dissimulé par des mèches de cheveux indolentes, en un désordre hétéroclite, & qui se termine sur mon menton volontaire & angulaire.
  Entre eux 2 s’exhibent des lèvres pulpeuses à la coloration & à la sapidité de la framboise, des joues saillantes, des pommettes ciselées, & un petit nez fin mais retroussé, qui me confère une expression mutine, juvénile, & espiègle en toutes circonstances !  Toutefois, j’indique mon nez comme un de mes complexes physiques. Ma 2ème hantise se trouve à la liaison entre mes cuisses fuselées & mon ventre légèrement rembourré : mon bassin, que je considère trop élargi en comparaison de ma morphologie gracile. Ma poitrine -puisqu’à priori, ça vous intéresserait infiniment de le savoir, car vous en salissez littéralement vos bavoirs de le découvrir par l’expérimentation & la palpation !- exigerait du 90 C. en soutien-gorge. Et je ne l’apprécie pas vraiment, car elle me semble enquiquinante pour mes activités pratiques. (HÉ ! Je l’avais signalé, que je me vanterais puisque l’on souhaite assister à cette démonstration égotique de ma personne… Ne me dévisagez pas ainsi, ce n’était pas ce que vouliez ? Je m’en fous, je continue rien que pour vous emmerder !)
 
~ ღ ~

  Ma lingerie se décline entre les bustiers & les strings, entre les push-up & les tanguitas, la soie ajourée de dentelles, qui me moulent les seins & les fesses, comme si les chétives étoffes épousaient ma peau ivoirine en amplifiant mes chairs lascives. Je suis aussi amatrice de corsetterie ! Pour les fringues, j’intègre l’androgynie par des CONVERSES’, des chemises simplistes d’une sobriété inquiétante & des denims déchirés, & ce en mépris du niveau financier & de la condition sociétale que l’on m’astreint fougueusement de suivre, aussi assidument que le solfège ! J’affilie les matières comme la mousseline au cachemire, le lin au cuir, le mohair au denim & l’organdi au satin… & j’affectionne les couleurs comme le rouge, le violet, le bleu, le noir, le gris, ou le blanc ! La coloration du soleil est celle que je hais le plus. HM HM, mais la conclusion est : on s’en contrefout comme d’une GIGUENDÉLIRE ! Je m’éloigne par des disgressions débiles de la discussion initiale…
  Je dispose de même des accessoires inamovibles ou indélébiles pour adoniser mon corps ; l’ingéniosité de l’esprit rebelle qui sommeille en moi insuffle la désapprobation à la majorité des bienséants citoyens que je rencontrais. Je les dérangeais par ma personnalité volcanique que j’affichais clairement par ma conduite excentrique (cendres & fumées, sulfures & écueils stériles, putrides consistent une loterie décrochée quotidiennement). Premièrement, mes diverses coiffures & teintures insolites qui illuminent mes cheveux, selon mes envies ondoyantes. Deuxièmement, les différents ornements imprimés sur mon épiderme blême, dont le 1er symbolise  une fleur noire de lotus chinois à demi-éclose sur la cheville droite.
  Le 2ème représente une ramification bourgeonnante de fleurs roses de cerisiers japonais sur mon épaulière. Et le 3ème  estampille la longitude & la latitude d’une destination synonyme d’espoir ~ 33°52′04″ Sud & 151°12′26″ Est, sur le poignet afin de travestir une cicatrice. Mes ultimes enjolivures sont 2 piercings : l’emblème de la styliste britannique VIVIENNE WESTWOOD pendille à une chaîne reliée à une boucle, sur le cartilage de l’oreille droite. Et, ensuite, la première & la dernière lettre alphabétique grecque " α " ; " ω "  dans les recoins de la même oreille. Tout ceci m’oblige à convertir mes comportements en un privilège ; soit celui de l’originalité revendiquée, de la marginalité affichée dans une description hyperbolique des plus ahurissantes & ébahissantes que je puisse réaliser !

Capiche ?!


» DESCRIPTION PSYCHIQUE :


« Les sentiments que l’on n’évoque point se renouvellent en fleurs du silence… Elles éclosent sous le ciel crépusculaire de l’existence humaine, s’imprégnant des regrets, des remords & des peines de la conscience qui s’enlise progressivement dans le désespoir. »


~ ¤  ~ ღ ~ ¤ ~

~ She’s a storming Rainbow !
Welcome in the unpredictable
World of the Cheshire’s Duchess. ~

~ ღ ~

« MH… Mon psychisme ? Qu’est-ce que c’est ? C’est quoi, dis ? … Quoi ? Ma personnalité ? Ça se bouffe, HEIN ? *o* »

  Sincèrement, j’aurai vraiment apprécié ne pas à avoir l’obligation impérative de devoir satisfaire la question implicite qu’est : "Et toi, c’est quoi ta personnalité Aliénor ?"… C’est pour cette manifestation de mes envies que je suis clairement tentée de pouvoir niaisement répliquer d’un visage angélique que j’ignorai ce qu’était une personnalité, comme une belle panouille… ! Mais, trêves de plaisanteries, mesdemoiselles comme messieurs, je ne vous ferai pas l’outrage de vous prendre pour des cons & des connes, vous êtes bien plus ingénieux & perspicaces que ça, vous réaliseriez sans peine & sans mal que je me fous souverainement de votre petite bouille d’amour toute mignonne, si je vous répondais ça. Donc puisque vous souhaitez tant savoir ce qui se dissimulait derrière ma cuirasse de panoplie hoplitique de la Grèce antique, de mon bouclier circulaire & de mon glaive aiguisé, de savoir qui suis-je véritablement… ?
  Je crois que vous ne me laissez pas le choix, désormais ! … "Well, Let’s go ?" ; mais s’il-vous-plaît n’extirpez ni vos mouchoirs ni votre compassion, je risquerai de ne pas apprécier du tout vos démonstrations d’empathie. 1èrement, je vais vous signaler que je ne croyais pas vous briser vos illusions en affirmant que suite au critère physique, intervenait celui du psychique & de l’intelligence dans les considérations de la civilisation ! Ces 2 éléments, que vous recueillez ou non la bénédiction ou la malédiction d’en être pourvu ou dépourvu à la naissance, favorisent ou défavorisent vos vies de manière tangible ! En souhaitant courageusement que vous le sachiez, car je n’aimerai pas vous écouter brailler de consternation dans mes oreilles, je croise les doigts ainsi que les orteils en une extraordinaire singerie.
  Je vais avoir l’affabilité de vous éclairer sur l’un des points les plus considérables de ma personnalité : que je sois dotée de réflexion comme de perception ou non, je m’en contrefous tout simplement ! Oui, oui & oui, me dévaloriser à coups de satire & de dérision est une vocation primordiale, & qu’est-ce que ça pourrait bien vous faire ? Rien ! Donc ne m’emmerdez plus l’esprit de cette idée subjective, car il y a véritablement plus intéressant à exploiter comme conversation ; & puis d’ailleurs, j’ai toujours pensé que même les simplets pouvaient avoir des ressources -certes, insoupçonnées- mais instructives à mutualiser avec autrui. Pour l’incipit de ma personnalité, il faudrait déjà envisager un récapitulatif de mes souvenirs, c’est ainsi que je vais procéder pour commencer cette explication caractérielle.

~ ღ ~

  Pour être honnête, mon existence n’est point l’exposé d’une odyssée, d’une épopée homérique ou d’un conte féerique mièvre, dont l’excipit de l’histoire serait obligatoirement : "Elle resterait radieuse & heureuse à tout jamais !" Je n’ai pas foi en cette version enjolivée de mon histoire. Ma vie est désarticulée, comme une poupée manipulée par un marionnettiste sournois, qui s’amuserait à suivre inlassablement une routine sadique & caustique, un mécanisme mathématique, une schématique systématique : espérer, désespérer, valoriser, dévaloriser, aimer, détester… Une ambiguïté, une dualité, un clair-obscur, une mise en abîme… L’histoire qui moulait & façonnait ma personnalité n’était pas spécialement joyeuse, ni spécialement douloureuse en soi ; mais elle n’était pas vraiment chouette à dépeindre ; du fait elle n’est pas plaisante à psalmodier : elle est sommairement sans originalité & très médiocre, rien de très stupéfiant. Une histoire d’une banalité impitoyable, mais comme vous souhaitiez savoir ce qu’était ma vie…  
  Ma génitrice était originaire de la région japonaise péninsulaire d’HOKKAIDO, & s’intéressait particulièrement aux qualités des geishas, mais des geishas dans la signification la plus littéraire du terme : puisqu’être geisha signifiait clairement être une artiste. Elle dédiait sa vie à la pratique artistique raffinée des arts traditionnels japonais, pour réaliser des prestations de devoir de mémoires de la coutume comme des prestations de loisirs, de divertissements & de compagnies ; à la fois pour l’agréabilité d’une clientèle pécuniaire comme pour les occasions des festivals éducatifs. Et oui, la conversation, la poésie & la littérature, ainsi que la musique au shamisen, les vocalises ou la danse des éventails étaient des éléments de fondation du métier de geisha ; de même que les codifications du physique qui étaient en elles-mêmes tout un ouvrage particulier, & néanmoins primordiales à maîtriser pour avoir la revendication & la reconnaissance d’être une artiste. C’est peut-être pour ceci que je la respectais… jadis.
  Ça devait être un héritage, car j’ai ce besoin impératif, tyrannique du perfectionnisme, de l’esthétisme, mais aussi de l’harmonie & de la délicatesse dans toutes mes réalisations : la cuisine & son cinéma de saltimbanque entre les couleurs, les sapidités, & les consistances ; mais aussi l’équilibre précaire mais incroyable entre la mélodie & la litanie de la musicologie. Ainsi, je ne sais toujours pas ce que ma génitrice appréciait chez mon géniteur, qui en était la contradiction incarnée… Une potentialité ? L’éducation glaciale & l’avarisme sentimental ? "I don’t know… !" Oui, il était sombre, rigide, froid & rigoureusement peu réceptif à la création comme à la pratique artistique, invariablement strict & droit dans son smoking noir ou gris 3 pièces qui lui saillait comme s’il était né pour revêtir ce genre de vêtements, son identité optimisée de directeur d’entreprise multinationale & multimilliardaire, qui ne lui appartenait pas, mais dont il était fier comme si elle lui appartenait. Oui, mon géniteur est un monstre insensible, comme bien des humains, qui substituait ses émotions par des équations & des probabilités ; un manipulateur spectaculaire, une calculatrice en guise de cervelle ; le flegmatisme & le charisme britannique en prime pour captiver & éblouir, se faire aimer de ses partenaires, de ses auxiliaires & de ses actionnaires ou même des jolies femmes ingénues !

~ ღ ~

  Oui, c’était un hypocrite & un saligaud qui réussissait tout ce qu’il entreprenait : un cocktail vainqueur au-delà même de ses espoirs & de ses désirs les plus loufoques & fantastiques. Pour synthétiser : JE LES HAIS ! Mais pour des diverses motivations disparates ! Elle, car elle ne s’opposait jamais à mon père lorsqu’il lui ou m’imposait des obligations dont nous ne voulions pas. Elle, car elle a disparu un beau jour, & j’ignore encore si c’est mon géniteur qui l’a fait disparaître de la circulation ou si elle s’est enfuie toute seule, comme une femme couillue pour une fois dans sa putain de chienne de vie ! Lui, car il est une véritable mécanique qui souhaite me scarifier à son idéal mégalomaniaque afin que je sois comme lui, jusqu’à me lobotomiser & me putréfier le ciboulot de ses discours impitoyables.
  C’est pourquoi lorsque je me suis marginalisée de l’idéologie éducative dont que mon géniteur me soumettait le plus régulièrement, comme un joug & un tourment, un frein à l’imagination & à l’épanouissement, je me suis éloignée de lui, exilée de lui & de cette ambiance familiale malsaine, arbitraire, insoutenable… Or, j’étais une gamine qualifiée d’invivable, d’hyperactive, d’une curiosité irritante & d’une inventivité étourdie, insérée dans une ménagerie zoologique pour spécimens de collection, léthargique & aseptisée de relations humaines, qui ne favorisait pas la préparation pédagogique du comportementalisme sociétal. Et je vous informe que de ce fait, les gouvernantes, les préceptrices, je les faisais tourner en bourrique, & surtout je les collectionnais bien mieux que les billes, les cailloux scintillants & les Pokémons !
  Ainsi, ce qui précédait vous permettrait à l’occasion de concevoir ma personnalité d’aujourd’hui ; toutefois, vous ne me facilitez pas l’opération en m’épinglant un véridique dilemme entre toutes les énigmes & les mystères que je dois encore résoudre ; car je ne sais pas si je parviendrai à vous esquisser une description convaincante de la contradiction ambulatoire que je suis. Ça pourrait devenir plus risqué pour mes fesses que ce que je prévoyais de relever votre défi de me décrire moi-même sans rien oublier & sans rien modifier ! Surtout que moins vous en connaissez sur moi, mieux ça vaudrait ; mais comme vous êtes de vrais bourriquets, je vous conseille donc les dolipranes pour soulager les migraines, & je ne suis même pas certaine que ça sera suffisant, en la circonstance. Est-ce que vous pourriez réussir à visualiser que selon le contexte & la situation, ainsi que la population & l’émotion qui m’assaillaient, j’étais en pleine confrontation psychologique pour trouver une interprétation à mes interactions qui souvent me dépassaient ?

~ ღ ~

  C’est par cette affirmation qui pourrait paraître tellement douteuse, mais qui est néanmoins véritable que je vais poursuivre mon récit : j’étais dans l’incapacité d’envisager mes motivations & mes ambitions de manière claire & limpide… Imprévisible comme la foudre qui se précipitait vers le sol, même pour moi-même, ce qui est indéniablement défavorisant dans un univers social où tout doit être prévisible, ordonné, perfectionné ! Surtout si l’on englobait dans la formulation un critère qui exacerberait le portrait, soit une ignoble pestouille qui se cramponnait infatigablement à mes babouches bariolées & que l’on désignerait sous la nomination de mon géniteur : "une sensiblerie inconfortable & inadmissible !" Ainsi, je désirai vous prévenir que je pourrai paraître impassible, imperturbable, voire même catégoriquement je-m’en-foutiste, réalisant par stoïcisme les choses comme les faits ; & pourtant, cette impassibilité légendaire s’effriterait entre vos doigts, aussi facilement & rapidement qu’un archaïque parchemin médiéval que vous traiteriez comme une vulgaire contravention pour excès de vitesse !
  Si ce n’était pas la représentation du lunatisme ça, j’ignore ce que c’était ! En vérité, mon corset de flegme n’est qu’une illusion, puisque je deviens inopinément colérique, capricieuse & principalement caractérielle ; ce qui contribuait comme vous vous en doutiez, non ?- à alimenter mes angoisses & mes hésitations particulières à participer à la scolarité snobinarde anglaise ou à l’ambiance familiale glaciale. Et, en dépit que je ne l’exprimais pas par la gestualité ou par l’oralité, l’incertitude que je ressentais était un authentique fléau qui alourdissait ma solitude : des souffrances, des préoccupations se perchaient sur mes épaulières métaphoriques ou métaphysiques pour endiguer mon cœur des sentiments. Les répercussions de ces difficultés me semblaient parfois insurmontables, c’était de ce fait pourquoi il me fallait donc intégrer & mobiliser ce que l’on nommait de la détermination & de la vaillance, ce qui chez moi équivalait & confinait systématiquement à de l’obstination & à de l’intrépidité !
  Et oui, je ne faisais pas dans la couture de dentelle & encore moins dans les diverses teintes entre le sombre & le lumineux pour moi, car tout était soit noir ou était soit blanc, mais jamais gris, ce n’était pas mon domaine de prédilection de faire dans les tonalités intermédiaires, excepté dans la cuisine & dans la musique !! Enrichissez cette mixture psychique intègre mais instable d’une peltée d’orgueil, d’une cuillerée de curiosité, d’une once de sincérité, d’une pincée d’irritation pour l’humanité, d’un soupçon de provocation envers les étudiants & les enseignants… Vous vous interrogez sur ce que vous obtiendrez, ou me fourvoierai-je ?  Un filtre de destruction ! En conséquence de ce que la collaboration malaisée & problématique entre ma philanthropie & ma misanthropie me poussaient à faire ensemble, se chamaillant incessamment. C’est très simpliste comme explication en réalité, ça donnerait lieu à un dénouement catastrophique comme en exemple, un ouragan ainsi qu’un tsunami provoqués par un séisme cataclysmique ou un tourbillon de courants d’air, mais pas au niveau climatique, au niveau relationnel.

~ ღ ~

  Que dis-je ? Les descriptions des Apocalypses surgissant des ouvrages bibliques, hébraïques, coraniques ou même hindouistes, bouddhistes ou shintoïstes afin de ruiner ma vie sociale, de semer la dévastation dans mes impressionnants efforts sur moi-même pour dresser mon inclination volcanique, & ce dans l’aspiration de devenir meilleure ! Saloperie de karma ou de foi, à votre guise. HM… ? OH ! "Don’t worry, Guys !" La vulgarité est souvent encore maintenant la plus sublime & jouissive manière de me défouler ! Et j’avouerai que ça ne me dérangerait peut-être pas tant que je le présumais d’être solitaire… Car je me percevais comme quelqu’un de cynique, d’ironique, de sarcastique & de caustique, à l’humour potentiellement très morbide, voire possiblement un petit peu phobique & nihiliste sur plusieurs points qui toucheraient à l’humanité ? Sensationnel tableau, n’est-ce pas ? Je vous apaise tout de suite, c’était une question rhétorique, ça ne nécessitait ni une déclaration, ni un verdict, ne vous mouillez pas pour ça. Certains considéreraient que ceci est un ostracisme volontaire de la communication & de l’interaction entre moi & les humains que nous sommes tous ; toujours est-il que je pensais que mon excentricité, mon égoïsme & mon exigence mouchetée d’utopisme & d’idéalisme seraient suffisamment contraignantes à soutenir pour mon prochain.
  À vous de me prouver le contraire, non ? J’aurai aussi quelques révélations à vous dévoiler ; certes je fais clairement preuve d’une loquacité déroutante, je suis très indépendante, je ne vous appartiens pas & ne vous appartiendrai jamais, votre personnalité tyrannique, misogyne, machiste, dominatrice, vicieuse ou hypocrite & mensongère, je m’en délivre dans la joie- ; mais je suis aussi dynamique & enthousiaste, l’affichant maintenant volontairement. La défaillance primaire de ces caractéristiques qualificatives est que même si je jugeais ces prérogatives comme des qualités, elles sont encouragées à se désolidariser par l’individualisme prononcé que je ne réussissais pas toujours à refouler puisque l’on me l’inculquait depuis les balbutiements de mon existence. Et c’est surtout par cet éclairage que l’on me qualifiait d’insaisissable, d’inexplicable, d’indéchiffrable… Ce qui pourrait me distraire si vous faites la tentative de me révéler à la lumière ! Vous désiriez savoir si j’ai plus de qualités ?
  Je ne pourrai vous en faire une énumération très importante, car les seules qualités que je trouvais pour me dépeindre étaient… : l’inventivité, la créativité, la générosité, l’implication & l’application dans la réalisation de ce qui était important pour moi, ainsi que la loyauté & la franchise. Oui, je ne suis pas parfaite, loin de là, je ne l’ai jamais été & je ne le serais jamais, peu important ce que l’on voulait de moi ; car je considérai que les irrégularités étaient des éléments intégrants de notre monde, réalisant notre diversité, donc notre richesse ! Écoutez bien, ouvrez bien vos écoutilles : PERFECTION = SUBJECTIVITÉ & UTOPISME  = DÉBILITÉ ! Perfection pour tous signifierait mort à l’humanité ! Nous sommes magnifiques dans cette insuffisance, dans cette défectuosité, dans cette médiocrité qui nous poussaient à nous améliorer ! Un unique mot (ou peut-être 2…) : COSMOPOLITISME & MELTINGPOT ! Je suis résignée à ne pas me couillonner l’esprit sur les quelques points positifs que je vous ai livré sur ma personnalité : je suis humaine, voilà tout ! Que je sois compatissante & empathique est une affaire plus difficile & particulière.

~ ღ ~

  Quant aux caractéristiques suivantes, ça serait à vous de vous faire votre appréciation sur la question, car je ne vais tout de même pas tout vous dire ! J’estimais être l’incarnation de l’énigmatique dans tout son idéalisme romantique par mon inaccessibilité ; l’esprit de la découverte aux périls stupéfiants, tels que la houle océanique & ses lames de fonds qui vous entraînaient, vous engloutissaient & vous noyaient à l’endroit le plus judicieux & propice pour que vous soyez miens pour l’immortalité. Je me passionnais à emmêler les sentiments des personnes qui gravitaient à l’entour de moi, & je jonglais facilement entre mes diverses conquêtes quand je me décidais à pratiquer les escarmouches contre la gente masculine… & féminine, pourquoi pas ?! Une mente religieuse bisexuelle, ne trouvez-vous pas la conceptualisation géniale & mignonne comme tout ?  Libertine & manipulatrice en puissance : c’était mes titres de noblesse, mon unique ligne de conduite ; & j’en étais insatiable : mon addiction, & comme une héroïnomane sans sa quantité, c’est foutu je suis irascible, quasiment insupportable, comme une ourse grizzli qui venait d’émerger de son hibernation !
  La provocation & la séduction, vous seront servies en spécialités ; je vous inviterai, un sourire espiègle, une moue aguicheuse, les yeux narquois & la main joueuse… Et le corps désireux, impatient, indomptable en dépit de l’intimidation du fouet ou du dard ? Potentialité. Ça dépendrait de vous & de votre virtuosité à me faire céder, ce qui n’est vraiment pas aisé. La passion du jeu me délie les reins autant que les envies, & plus est imposante l’intensité de l’alchimie, plus je me révèlerai fougueuse. Voici à la fois mes armoiries & mes cicatrices invisibles, car l’exaltation de ma libido est un vice dont je ne pourrai plus me dépouiller depuis que je fus souillée par lui… Mais, ce n’était pas pour autant une sollicitation à en faire plus que de vous faire chier, en réalité, car ce n’est qu’une fantastique distraction que de vous faire croire ce qui n’est pas vrai : moi, une tentatrice ? Oui. Une putain ? Non !
  Une pénible réalité ou un illusoire mysticisme que ma personnalité représente à vos yeux suspicieux & dégoûtés ? Un honteux secret s’éclipse discrètement toutes les fois où vos tentatives pour le dévoiler aux lumières des compréhensions est sur le point d’aboutir à la consécration ! Et pourtant, une rumeur à peine plus audible qu’un murmure subsiste, intarissable, qui risquerait de vous mettre sur la voie pour le découvrir… Suis-je vraiment une virtuose de la luxure, une hédoniste dénuée de scrupules, maîtresse de la manipulation, prédatrice de prestiges, ou encore un prodige de l’atypique fourberie tant assimilée à l’espèce des pestes & des véroles vipérines ? Je vous en dessine donc l’effigie stéréotypée, suscitant l’approbation ou la réprobation, mais ne pouvant pas laisser le cerveau, le cœur ou les couilles imperméables & insouciants ! Vous ? Dans toute cette situation renouvelée comme la moulinette d’un orgue de Barbarie, vous êtes présents en guise de pantins de bois tandis qu’elles, marionnettistes incomparables, manœuvraient aux millimètres près vos liens invisibles comme l’orchestration d’un ballet russe pour la famille impériale !

Un ultime indice ? Ma vocation est de tout bousiller pour tout réédifier ; c’est si JU-BI-LA-TOI-RE !!!



Je balbutie en #006699 !


- "Moi ? Les Poulpes ? Je les bouffe ! En sushis ! Pour le dîner !"

Spoiler:
 


Dernière édition par Aliénor Kingsley le Dim 8 Mar - 16:02, édité 26 fois
Élève de la filière de littérature
✖ Date d'inscription : 11/02/2015
✖ Messages : 451
✖ Yuus : 5690
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 19 ans
✖ Sexe du perso : Esquimaue
✖ Spécialisation(s) du perso : Langues et Écriture, Traduction
✖ Club du perso : Musculation
✖ Travail du perso : Assistante dans une Bibliothèque
avatar
Elely M. Lawley
Élève de la filière de littérature

Jeu 12 Fév - 14:51
BIENVENUUUUUE AMIE DE MOJITOS :hihi:
Et bonne chance pour finir ta fiche, vu les pavés que tu nous as fait déjà j'imagine pas la suite ::o:


Je suis un esquimau ♥
Élève de la filière culinaire
✖ Date d'inscription : 06/12/2014
✖ Messages : 60
✖ Yuus : 3606
✖ RPs aimés par les autres : : 1

✖ Age du perso : 21 ans
✖ Sexe du perso : Feminin
✖ Spécialisation(s) du perso : Master 1
✖ Poste scolaire : Animateur de la radio de l'académie
✖ Club du perso : photographie
avatar
Meï Silet
Élève de la filière culinaire

Jeu 12 Fév - 15:40
Bienvenue parmi nous ^o^


avatar
Invité
Invité

Jeu 12 Fév - 17:25
Bienvenue ~ Tu m'a l'air d'être une personnalité bien loufoque, toi. En tout cas, rien qu'aux premières cases, y'a de la lecture !
Je me demande comme toi si prendre deux filières en même temps est possible. Reste à savoir l'avis des admins sur le sujet.
En tout cas, j'aime ton personnage, hâte de RP avec toi ! ^^
(C'est légit, les génocides sur bonbons ?)
Féminité sacrifiée pour cacher son secret. Ne vous fiez pas aux apparences.
✖ Date d'inscription : 17/11/2014
✖ Messages : 2202
✖ Yuus : 48241
✖ RPs aimés par les autres : : 44

✖ Age du perso : 21 ans
✖ Sexe du perso : Féminin
✖ Spécialisation(s) du perso : Piano et chant
✖ Logement : Appartement n°1 situé en ville.
✖ Poste scolaire : Membre du conseil des élèves
✖ Club du perso : Escalade
✖ Travail du perso : Mannequin à mi-temps
avatar
Ryuu Rose Callyum
Féminité sacrifiée pour cacher son secret. Ne vous fiez pas aux apparences.

Dim 15 Fév - 11:47
Bonjour et bienvenue chez nous !
Tu t'en sors petite luciole ?


En garçonEn filleEn fille 2

Un corps, pour deux visages. Quand on est obligé de cacher sa féminité,
de s'habiller et se faire passer pour un mec à Yuukou,
pour garder un secret.
avatar
Invité
Invité

Dim 15 Fév - 18:51
Wow rien que les informations de bases sont très complètes et détaillées, qu'est-ce-que ça donnera pour le physique/caractère/histoire ? On va avoir de la lecture je sens !

Sur ce bienvenue et bon courage pour ta fiche o/
Élève de la filière culinaire
✖ Date d'inscription : 11/02/2015
✖ Messages : 17
✖ Yuus : 2952
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 17 printemps !
✖ Sexe du perso : Féminin. ♀
✖ Spécialisation(s) du perso : Cuisinière gastronomique & cuisine du monde.
✖ Poste scolaire : /
✖ Club du perso : Cuisine. - ADMINISTRATRICE.
✖ Travail du perso : Cuisinière dans une brasserie culinaire typique japonaise, intitulée KIRASAGI & située dans le quartier touristique 3 soirées par semaine.
avatar
Aliénor Kingsley
Élève de la filière culinaire

Mar 17 Fév - 1:09
Bonjour'/Bonsoir' !

C'était pour :

1. Vous remercier vraiment de l'accueil, des souhaits de bienvenue, du soutien & de l'intégration !

MERCI BEAUCOUP ! \ o /

2. Et aussi pour vous prévenir que ma présentation est finie, (ENFIN !) ~

P.S. : Je souhaite bon courage aux administrateurs pour lire ma fiche ! xD (Surtout si c'est toi, Ryuu' !)



Je balbutie en #006699 !


- "Moi ? Les Poulpes ? Je les bouffe ! En sushis ! Pour le dîner !"

Spoiler:
 


Dernière édition par Aliénor Kingsley le Jeu 19 Fév - 4:06, édité 6 fois
avatar
Invité
Invité

Mar 17 Fév - 1:12
Bienvenue Aliénor et bravo pour ta fiche ^^
Féminité sacrifiée pour cacher son secret. Ne vous fiez pas aux apparences.
✖ Date d'inscription : 17/11/2014
✖ Messages : 2202
✖ Yuus : 48241
✖ RPs aimés par les autres : : 44

✖ Age du perso : 21 ans
✖ Sexe du perso : Féminin
✖ Spécialisation(s) du perso : Piano et chant
✖ Logement : Appartement n°1 situé en ville.
✖ Poste scolaire : Membre du conseil des élèves
✖ Club du perso : Escalade
✖ Travail du perso : Mannequin à mi-temps
avatar
Ryuu Rose Callyum
Féminité sacrifiée pour cacher son secret. Ne vous fiez pas aux apparences.

Mar 17 Fév - 7:49
Coucou félicitation. Si Wim n'a pas validé ta fiche avant ce soir. Je m'en occuperais. Je rentre du taff vers 18h20. Puis si ta présentation est intéressante il n'y a pas de raison que la longueur pose problème :3


En garçonEn filleEn fille 2

Un corps, pour deux visages. Quand on est obligé de cacher sa féminité,
de s'habiller et se faire passer pour un mec à Yuukou,
pour garder un secret.
avatar
Invité
Invité

Mar 17 Fév - 17:14
OWHEEEE. MA PARTENAIRE VA SE FAIRE VALIDER. Trop swagyy baby.
Par contre non, là je dis non. "Mon amiral"? xD Je savais bien qu'Ali Baba (d'ailleurs t 'as oublié de mentionner ce surnom, Hanata va te taper comme on tape une saucisse sur un barbecue) était une coquine. Ses "miam, succulent" et compagnie ne sont pas juste des mots balancés au hasard. Y'a tout un sens derrière. Et ouais, t'es démasquée.
Rajoutons à cela "CE "COUILLON LUNAIRE" EST UN ANIMAL NIAISEUX AU RAVIOLI RAMOLLI SOUS SA TIGNASSE BILIEUSE !". J'ai besoin de plus de précisions acolyte là.
J'veux être dans les prem's en lien parce que toi et moi on va s'entendre.
(et j'approuve c'est trop bien d'avoir les écouteurs sur les oreilles wesh², les gens peuvent pas testeyyyy)
Féminité sacrifiée pour cacher son secret. Ne vous fiez pas aux apparences.
✖ Date d'inscription : 17/11/2014
✖ Messages : 2202
✖ Yuus : 48241
✖ RPs aimés par les autres : : 44

✖ Age du perso : 21 ans
✖ Sexe du perso : Féminin
✖ Spécialisation(s) du perso : Piano et chant
✖ Logement : Appartement n°1 situé en ville.
✖ Poste scolaire : Membre du conseil des élèves
✖ Club du perso : Escalade
✖ Travail du perso : Mannequin à mi-temps
avatar
Ryuu Rose Callyum
Féminité sacrifiée pour cacher son secret. Ne vous fiez pas aux apparences.

Mar 17 Fév - 20:50
» Validation de Aliénor

Que dire si ce n'est que je me suis régalée en lisant ta fiche. J'avais peur de m'ennuyer, mais c'était parfais ! Je te valide donc avec grand plaisir ♥ Félicitation et amuse-toi bien chez nous petite luciole ! En espérant que l'académie saura te faire sourire et vivre !


» Les liens utiles

Louer un studio, appartement ou une maison
Par ici Passage obligatoire après la présentation ♥
Demande de RP
Par ici
Journal intime
Par ici
Créer ou intégrer un club
Par ici si tu veux intégrer un groupe, il faut t'y inscrire.



En garçonEn filleEn fille 2

Un corps, pour deux visages. Quand on est obligé de cacher sa féminité,
de s'habiller et se faire passer pour un mec à Yuukou,
pour garder un secret.
Élève de la filière culinaire
✖ Date d'inscription : 11/02/2015
✖ Messages : 17
✖ Yuus : 2952
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 17 printemps !
✖ Sexe du perso : Féminin. ♀
✖ Spécialisation(s) du perso : Cuisinière gastronomique & cuisine du monde.
✖ Poste scolaire : /
✖ Club du perso : Cuisine. - ADMINISTRATRICE.
✖ Travail du perso : Cuisinière dans une brasserie culinaire typique japonaise, intitulée KIRASAGI & située dans le quartier touristique 3 soirées par semaine.
avatar
Aliénor Kingsley
Élève de la filière culinaire

Mar 17 Fév - 22:54

Hello' !

Je viens vous dire encore une fois MERCI !

J'ai découvert que j'étais validée lorsque je me suis connectée sur la C.B., & ma first réaction était de m'extasier sur ma nouvelle couleur. x)

Hanata > Voui, loufoque est mon 2ème prénom !

Ana > les écouteurs sur les oreilles, ça gère la fougère, WESH² ! & pour le reste... Je te laisse découvrir si ce que tu insinues est vrai ou non ! ;3 PARTENAIRE !

Ryuu' > Je suis contente que tu ne te sois pas fait chier en lisant ma présentation. xD



Je balbutie en #006699 !


- "Moi ? Les Poulpes ? Je les bouffe ! En sushis ! Pour le dîner !"

Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité

Mer 18 Fév - 17:05
Bienvenue !!!!!
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Afficher la navigation

Anonyme
Il parait que Ryuu Rose Callyum a fait de la télé-réalité... Il baisse dans mon estime !

Maître Corbeau
On aurait croisé Sting Stark dans le couloir avec une plaquette sur une opération de changement de sexe. Était-il une femme ou souhaite-t-il le devenir ?

Batman Portugais
Il parait que Leah A. Parker ferait certaine chose pas très catholique au professeur de Math pour garder une bonne moyenne !

Un fan anonyme
Himeka, l'ancienne super Idole japonaise, dormirait encore avec son doudou en suçant son pouce !

Top modèle
Eikichi Onizuka serait célibataire et rechercherait une petite amie, afin de combler son quotidien !

L'archiviste
Derrière le nouvel élève Kira Akuma Iruya se cacherait... Un démon ? En tout cas, les bleus qu'on peut voir sur quelques racailles semblent montrer qu'il sait se défendre quand on l'agresse...

Kanra
Le petit Kira aurait fondu pour une certaine élève de la filière sportive, fascinant non ?

Anonypoulpe
Katsu Aonori aurait, par le passé, sauvé un bébé phoque d'une attaque de morses.

Le Corbeau Bleu
Il paraîtrait que Eikichi Onizuka a ce caractère de merde, pour dissimuler un Coeur d'ange qui le laisserait paraître pour un garçon facile

Le corbeau bleu
J'ai entendu dire que le petit Kira lancerait volontairement des rumeurs sur lui pour attirer l'attention parce qu'il se sent seul et se trouve inintéressant.

Papillon noir
Gumo Zero utiliserait un faux nom pour cacher son passé d'escorte boy.

12.05.15
Un système de vote pour les réponses rps que vous adorez a été mit en place, pour plus d'informations, rendez-vous Ici.

12.05.15
Un compteur de mots est désormais disponible. Pour plus d'informations, rendez-vous ici

. . .


10.05.15
14 comptes inactifs depuis deux mois, supprimés.

10.05.15
Les résultats des votes aux tops sites sont disponibles pour la semaine du 3 au 10 Par ici.

10.05.15
Les membres possédant un travail à mi-temps ou étant professeur/membre du personnel, ont été crédité pour le mois de mai de 1500 Yuus.

10.05.15
Nouveau concours de prédéfinis, inscriptions et informations Par ici.

. . .


02.05.15
Trois nouvelles filières ouvrent à Yuukou ! La filière du droit et de la politique, la filière technologique et mécanique et la filière militaire ! Pour plus d'informations, rendez-vous à la fin de ce sujet

01.05.15
Yuukou fête ses 6 mois de vie, merci à tous !

01.05.15
Les loyers ont été prélevés.

01.05.15
Supression des comptes fantômes. On passe de 86 à 72 membres. ♥

01.05.15
Un nouveau Tops membres du mois est disponible. On félicite Kjeel Ashcroft pour sa présentation du mois,Jeungo Iseul qui a été élue membre du mois, Kiba Zaraki qui est élu ChatBoxeur du mois, Milo Lafferty, élu Roliste du mois pour son activité et la qualité de ses écrits et le RP du mois est le Rp de Milo et de Shelby : ICI. Félicitations ♥

30.04.15
Design n°3, installé, entièrement réalisé par Ryuu Rose Callyum.

30.04.15
De nouvelles rumeurs sont disponibles dans la Rumeurs'Box.

30.04.15
Désormais vous pouvez trouver des informations sur la météo de la semaine dans l'onglet " La météo ".

. . .


07.03.15
Recensement effectué. Suppression de 49 comptes. On passe donc de 100 membres à 51. ♥

01.12.14
Ouverture du forum au publique.

11.05 au 24.05
Automne


Les températures commencent à chuter à l'approche de l'hiver, petit à petit. Comptez entre 14° et 18° cette semaine, avec quelques nuages aidant le soleil, timide ces derniers temps, à se cacher. N'oubliez pas votre parapluie, il se pourrait que quelques gouttes viennent nous embêter, dansant avec la foudre !
Suivez-nous !


Vous avez la possibilité de nous suivre sur notre page facebook, dédiée au forum et à toutes l'actualité !