AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
FERMETURE DE YUUKOU

Pour plus d'informations, rendez-vous par ici.

Just shut up. ~ PV Maxim
Élève de la filière artistiques
✖ Date d'inscription : 12/02/2015
✖ Messages : 38
✖ Yuus : 2621
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 25 ans
✖ Sexe du perso : Masculin
✖ Spécialisation(s) du perso : Dessin
✖ Club du perso : Natation
✖ Travail du perso : Tatoueur et perceur.
avatar
Alekseï N. Liovkine
Élève de la filière artistiques

Mer 11 Mar - 20:19
Just shut up.
Alekseï & Maxim


Son regard noisette zébré d'orange se porte au loin devant lui alors que ses pas le mène vers une destination quelconque. Il ne se souvient pas vraiment où il va. En fait, en ce moment, y'a que sa cigarette qui compte. Ouais, sa bonne vieille amie, la nicotine. Il souffle la fumée dans les airs et vient se gratter le crâne. Ses cheveux blonds sont en bataille. Il s'est levé tôt ce matin pour aller en cours. Il avait une rencontre pour son cours de dessin. Ayant pour habitude de se lever tard et d'arriver fréquemment en retard dans ses cours, il n'était pas de très bonne humeur à la rencontre. Il s'était levé en retard et avait couru dans tous les sens pour arriver à l'heure. Il n'avait pas eu le temps de boire une bonne tasse de café en fumant sa clope. Mais maintenant, ça allait mieux. Il faisait beau dehors et il fumait une clope en marchant pour aller travailler.

C'est donc par là que le mènent ses pieds? Le travail. Alekseï est tatoueur dans une petite boutique se situant sur l'une des nombreuses rues commerciales. C'est le seul endroit où on peut se faire dessiner sur le corps et le jeune adulte est l'un des meilleurs tatoueurs de la boutique. Le russe renifla en passant sa main sous son nez. Une habitude qu'il a acquit à cause de sa consommation presque excessive de drogues diverses. Il en profita pour remonter ses lunettes à monture noire sur son nez. Il donna une pichenette à son mégot de cigarette avant de l'écraser nonchalamment avec son pied. Il regarda autour de lui avant de poser sa main sur la poignée de la porte. Il salua le propriétaire de la place en se débarrassant de son manteau pour l'accrocher contre le mur. Le blond toussota en prenant place près de son premier client qui commença à l'invectiver sur son léger retard. Il lui jeta un regard noir.

- Tu l'veux ton tatouage ou non?

Le client se tut en pinçant les lèvres. Il pouvait bien chialer que l'ukrainien s'en fichait royalement. Il commença alors son travail.

***

Quelques heures plus tard, Alekseï n'en pouvait plus. Il devait sortir s'allumer une clope ou il finirait par perdre la boule. Et pour de bon, cette fois. Complètement irrité par ses clients, il sortit en trombe en laissant son manteau à l'intérieur. Il avait besoin que la morsure froide du vent le calme. D'une main tremblante, il sortit son paquet de cigarettes pour en prendre une et il la coinça entre ses lèvres légèrement gercées. Une fois que celle-ci est allumée, il inspire profondément en ne relâchant la fumée qu'après de longues secondes.Bien. Il était plus détendu. Le russe n'arrivait pas à bien supporter ses clients exigeants. Ils changeaient toujours d'idées, à son plus grand déplaisir.

Code by AMIANTE



Dernière édition par Alekseï N. Liovkine le Lun 16 Mar - 2:16, édité 1 fois
Élève de la filière musicale
✖ Date d'inscription : 07/12/2014
✖ Messages : 25
✖ Yuus : 1219
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 19 ans
✖ Sexe du perso : Homme
✖ Spécialisation(s) du perso : guitare & chant
✖ Poste scolaire : délégué de la L2
✖ Club du perso : ////
✖ Travail du perso : guitariste dans un groupe
avatar
Maxim Romanov
Élève de la filière musicale

Sam 14 Mar - 20:49



JUST SHUP UP.


Il faut que je sorte, il faut que je m’en aille. J’ai peur, mon cœur bat trop vite et mes pensées s’emmêlent beaucoup trop pour discerner le vrai du faux. Je ne distingue que de la pénombre et c’est bien assez pour me terroriser. Il n’y a plus qu’une seule issue, les rayons du soleil tentent de la traverser. Mon cœur s’emballe une nouvelle fois. C’est trop dur, les murs invisibles se referment sur moi et je ne le vois pas. C’est effrayant. Une main est posée sur ma hanche, c’est une main calleuse et virile. Son corps chaud contre le mien est tout habillé, je n’ai donc rien fait cette nuit là. C’est un soulagement auquel je ne pense pas. Je me redresse sur le lit et, pris d’un subit élan, me précipite hors de la pièce. La luminosité m’éblouit quelques instants et je titube vers quelque chose pour me maintenir debout. La tension descend enfin, tout se calme et je retrouve un semblant de jugement. Je suis dans un petit couloir aux murs complètement dessinés, aux meubles renversés et momifiés de papier toilette. Des hommes sont couchés à même le sol, parfois à moitié sur le chaos. La plupart sont déshabillés et je me pose pour les admirer quelques secondes. Je ne dis pas non pour regarder des beaux inconnus endormis à mes pieds. Un sourire niais s’imprime sur mes lèvres, je le fais disparaître d’une claque sur la joue. Je commence à déambuler dans ce petit endroit, à la recherche d’un endroit sain avec une fenêtre, si possible, et une porte. Je tombe sur la salle de bain. Ca fera l’affaire. En plus, il faut que je me débarbouille avant de m’engager dans la rue.

Quelques regards dans le miroir plus tard, un t-shirt en moins et un nettoyage simple mais efficace, je sors. J’ai utilisé un déodorant qui trainait et un peu d’eau de Cologne pour éliminer l’odeur fauve du fêtard en puissance. Le temps pour rentrer chez moi, je pourrais tomber sur une connaissance et je ruinerais ma réputation, déjà pas au beau fixe à cause de cette stupide rumeur sur une usurpation d’identité. Les gars ivre morts n’ont pas bougé, on dirait des cadavres. C’est extrêmement glauque et flippant lorsque l’on sait qui je suis. Bref, il faut que je me barre d’là. Je descends des escaliers de bois et tombe dans une mare de personne, les uns sur les autres. Je me rends compte que j’ai été vachement sage. Je continu mon avancée et tombe sur un porte manteau. Etant torse nu et seule personne en état de marche, je pique une veste de survêtement noire et l’enfile. Je me regarde vaguement dans le miroir. Ca ne peut qu’aller avec mon jean moulant noir, déchiré, et mes simples baskets de la même couleur. J’suis un gars banal, moi. En cherchant plus, je déniche une paire de lunettes de soleil. C’est parfait, j’vais la jouer incognito. Je m’apprête à sortir lorsqu’une main s’accroche à mon épaule. C’est un gars bourré qui a décidé de se la jouer gros caïd. Je lui décoche un coup dans le ventre, sans réfléchir, et il s’effondre dans mes bras. Je le lâche et peste « Dégages ».  Je crois que c’est le moment de s’en aller et j’vais pas m’faire prier.

Dehors, on est bien. Ma veste cache juste ma nudité mais, sans rire, je pourrais l’enlever tant il fait bon. Les rayons du soleil caressent la peau de mon visage et je me laisse transporter par les diverses sensations qui m’envahissent. Le chant des oiseaux me font voyager dans un monde où je suis le seul à y entrer : mon monde. J’aime entendre les gens parler, les voitures rouler, tout ce qui se mélange et forme un joyeux moment musical dont je décompose chaque note. La musique, c’est toute ma vie, je la vois sous toutes ses formes, quelles qu’elles soient. Derrière mes lunettes noires, je dévisage les individus. Ils marchent, discutent, rigolent. Cela me fait sourire bêtement. Puis je me rends compte que quelque chose cloche. Toutes ces personnes clochent. Pourquoi sont-ils si jeunes ? L’école ? Quoi ? Non ! J’ai oublié ! Cette fête m’a fait lever tard et la balade m’a trop emporté. La colère monte en moi et je m’engage dans une petite rue. Je n’ai pas mes médicaments, je n’ai pas d’autre moyen que de frapper quelque chose pour me calmer. J’ai jamais été serein et ce serait bien que je le sois. En plus, j’ai pas mes clopes. Je mordille ma lèvre abimée jusqu’au sang puis l’essuie d’un revers de la main. Je reprends mon chemin.

Mes pas m’amènent vers un endroit que je connais bien : la boutique de tatouage. Je la connais très bien pour avoir nombre de tatouage fait par ces personnes là. Ils sont bien, ils sont cool, ils sont gentils et très patients. Parce que je suis le genre de client trop chiant mais j’leur rapporte de l’argent donc ils s’en foutent. Je m’arrête lorsque je vois leur enseigne et esquisse un sourire. Je la lis par-dessus mes lunettes de soleil avant de les remettre en place sur mon nez. J’entrevois alors quelqu’un. C’est un homme blond, à l’air détendu. Il a une clope dans la main et quelque chose me dit qu’il en a d’autre. Il va répondre à mon besoin le plus pressant. Avec mon sourire le plus sympathique, je m’approche de cet homme et l’accoste simplement « T’aurais pas une clope ? ». Voilà, c’est dit, c’est fait. Il va me prendre pour un gros débauché avec mon allure de rock-star complètement débraillé, sans t-shirt quoi. Je continu sur ma lancée de l’homme compréhensif, pour me faire passer cette colère qui remonte lentement en moi, qui ne me donne envie de parler plus que ça « Tu viens t’faire tatouer ? Ils sont bons, ici ». Je remonte mes manches et lui montre mes bras dessinés. Je leur fais de la pub, parce qu’ils le méritent, bichettes, avec tous les clients exigeants comme moi. Mais l’exigence est égale à la perfection, donc, logiquement, elle est obligatoire mais ça n’empêche rien. C’est pour ça qu’ils sont bien parce que les tatoueurs savent nous supporter. Je souris encore plus, faisant ressortir mes fossettes « Alors ? ». J’en ai besoin, là, tout de suite, maintenant. Heureusement qu’il ne voit pas mes yeux, parce que sinon, il aurait peur. La colère n’a jamais été aussi pressante en moi qu’à ce moment là et mon corps, jamais aussi tendu. Je n’ai rien eu de la journée.




[HORS-RP; s'il y a quoique ce soit qui ne te plaît pas, n'hésites pas à me le dire. (:]
Élève de la filière artistiques
✖ Date d'inscription : 12/02/2015
✖ Messages : 38
✖ Yuus : 2621
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 25 ans
✖ Sexe du perso : Masculin
✖ Spécialisation(s) du perso : Dessin
✖ Club du perso : Natation
✖ Travail du perso : Tatoueur et perceur.
avatar
Alekseï N. Liovkine
Élève de la filière artistiques

Lun 16 Mar - 2:54
Just shut up.
Alekseï & Maxim

Elle est foutrement bonne cette clope. Alekseï se rend bien compte à quel point il est accro à ce truc. Pourtant, il ne songe même pas à arrêter. Non, parce que ça serait la catastrophe! Vous imaginez, il est déjà pénible et chiant avec ça, alors sans sa nicotine, on hérite de quelqu'un qu'on ne veut pas côtoyer. Non, il ne faut pas y penser, la nicotine, ça calme le russe à un tel point qu'on irait jusqu'à remercier l'inventeur de cette chose dégradant la santé! Le blond est tranquillement appuyé contre le mur de la boutique où il travaille et fume sa cigarette en se disant bien qu'il fait plus chaud que tout à l'heure. Le soleil est haut dans le ciel et plombe sur lui. Simplement vêtu d'un pantalon qui tente de fuir de ses hanches et d'une chemise en flanelle blanche. Le tout rehaussé de chaînes accrochées à sa ceinture. Alors oui, il a chaud.

L'ukrainien coince sa clope entre ses lèvres et d'une main nonchalante, il détache les petits boutons de sa chemise et remonte les manches de celle-ci. C'est un peu mieux, mais il aimerait pouvoir l'enlever. Sauf qu'il n'est pas du genre à se dénuder devant les gens. Déjà que ceux-ci le dévisagent en passant près de lui. Bah, qu'ils aillent se faire foutre. Alekseï n'en a rien à cirer de ce que les autres pensent de lui. Il fait ce qu'il veut quand il veut. Enfin, quand il ne travaille pas. En plus, il faut qu'il soit poli avec les clients. C'est la galère totale quand on connaît comment il est. C'est pourquoi la tension monte toujours en lui lorsqu'il tatoue des gens indécis ou irrespectueux. Il a déjà haussé le ton sur un client aujourd'hui et son patron lui a envoyé un regard assassin. Il l'a très bien compris, ce regard, car il le fait souvent lui-même. Il n'en voulait pas à son supérieur, mais il trouvait chiant de devoir endurer toutes les insultes que certains pouvaient lui faire. Pourquoi il ne pouvait pas leur répondre comme ils le méritaient? Il semble que la politesse et le bon service soient cruciaux si on veut que les gens repartent heureux de leurs tatouages. Ouais, le russe appelait plutôt ça de l'hypocrisie. Sauf que quand c'est fait pour une boutique, soudain, ça n'est plus de l'hypocrisie! Ouais, c'est ça.

Alors que le jeune homme se rallumait une nouvelle clope, - ouais, parce qu'une seule, c'est pas assez - il vit approcher quelqu'un. Pourquoi il le remarqua et pas quelqu'un d'autre? Vous avez vu comment ce type est habillé? Alekseï aime ça. Peut-être un peu trop même. Mais il n'en laissa rien paraître. Il ne faut pas montrer ses faiblesses aux autres. Quoiqu'il en soit, l'inconnu tout de noir vêtu s'approchait de la boutique de tatouage. Il souriait en lisant l'enseigne et le russe se demandait s'il allait l'apercevoir un jour. Pas qu'il veuille qu'il le voit, non, simplement, il ne peut pas être aussi près sans le remarquer. Oh, il semble l'avoir enfin remarqué! Heureusement pour ce type, il était maintenant détendu et calme. Oui, oui, calme. L'autre s'approcha avec son sourire colgate et l'accosta simplement.

- T'aurais pas une clope?

Belle constatation, mon cher Watson. Oui, Alekseï a des clopes, mais veut-il en donner une à ce mec? Avec son air de rockeur, le jeune adulte n'était pas certain qu'il soit très net. Oh! Et puis, pourquoi il pense ça? Tout le monde sait que le blond est loin d'être net. Ses reniflements en disaient longs sur lui ainsi que son regard vague. Pourtant, il le laissa là, à poireauter en ne disant rien. Il ne faisait que l'observer en fumant sa cigarette. Il finit par remonter ses lunettes - de vision, pour sa part - sur son nez.

- Tu viens t’faire tatouer ? Ils sont bons, ici.

À ces paroles, Alek sourit. Oh, il est loin de venir se faire tatouer, car c'est lui-même qui tatoue les gens aujourd'hui. Mais ça serait une bonne idée de s'en procurer un nouveau. Éventuellement. Le type remonte ses manches et lui montre ses bras. Des beaux tatouages et le blond en profita pour tendre son seul bras décoré de dessins parfaitement colorés. C'est sans parler de celui un peu plus visible sur son cou et ceux moins visibles de son dos. Sa chemise de flanelle cachait le reste. Déjà, l'autre marquait un point auprès de lui en lui montrant ses propres tatouages. Étant un maniaque fini de dessin et de tatouage, on ne pouvait que gagner des points en les mettant en avant.

- Alors?
- Ouais-ouais.


Il enfonce sa main dans la poche de son pantalon pour en sortir son paquet de cigarette. Tranquillement, sans se presser, le jeune adulte en sortit une pour ensuite la tendre au brun. Il range ledit paquet et lui offre son briquet en continuant tranquillement sa clope. Après avoir recraché la fumée de sa bouche, Alek pose son regard dur sur le type.

- J'viens pas m'faire tatouer. J'travaille ici, t'vois, alors je sais qu'ils sont bons ici. J'te retourne la question: Tu viens t'faire tatouer?

C'est tout ce qu'il dit, ne se présentant pas. Non, il attendrait que le brun le fasse, car l'ukrainien n'est pas du genre sympathique avec les inconnus.

Code by AMIANTE

Élève de la filière musicale
✖ Date d'inscription : 07/12/2014
✖ Messages : 25
✖ Yuus : 1219
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 19 ans
✖ Sexe du perso : Homme
✖ Spécialisation(s) du perso : guitare & chant
✖ Poste scolaire : délégué de la L2
✖ Club du perso : ////
✖ Travail du perso : guitariste dans un groupe
avatar
Maxim Romanov
Élève de la filière musicale

Mer 18 Mar - 14:37



JUST SHUP UP.


Je le détaille des pieds à la tête, c’est un homme tout à fait ordinaire. Son originalité ? Des tatouages tous colorés sur un son bras. Putain qu’est-ce que j’aime ça. Je regarde les dessins avec un sourire tout à fait niais. Puis j’en remarque dans son cou et j’en devine ailleurs. Seulement, je limite mon imagination pour ne pas aller trop loin. Mais, il faut se l’avouer, un tatouage secret, c’est hyper sexy. Je mordille lentement ma lèvre inférieure, mes pensées sur les cachotteries devenant beaucoup trop torrides surtout lorsque les visages prennent une forme de connaissances, toutes plus belles les unes que les autres et très musclés. Je m’en sors en regardant son style vestimentaire. Un pantalon glissant sur ses hanches et une chemise en flanelle, très classe selon moi. Beaucoup plus classe que ma veste de survêtement cachant ma nudité et mon pantalon serré totalement déchiré. Il me tire une nouvelle fois de mes réflexions en me tendant une clope et un briquet. Oh, je suis aux anges. Je la coince entre mes lèvres et l’allume avec la douce flamme si familière. J’inspire une bouffée et m’en délecte. Je lui rends son briquet et souffle. Toute la tension de mes muscles se relâche. Je ne sais pas comment dire que c’est si bon. En tout cas, je suis instantanément calmé.

Réfléchir en ayant une clope, ca devient tout de suite plus facile. Maintenant, je sais ce que je viens faire ici : me faire tatouer. Bon, c’est l’idée principale de toute personne s’arrêtant devant l’enseigne. Sauf, que moi, je sais déjà ce que je veux qu’on me fasse : une calligraphie d’un mot russe, inspirée par la sensation qui s’empare de moi lorsque j’ai une cigarette entre les lèvres. Je souris et souffle doucement. Je suis bien content d’être tombé sur cet homme, il me dépanne tellement et je me plaindrais pas de l’observer. En fin croqueur d’hommes, je sais reconnaître leur charme. Surtout qu’il est tatoué. En plus, sa couleur de cheveux m’inspire de la sympathie. J’ai toujours aimé les blonds mais il ne faut pas que je pense à ce blond. Sa voix virile me sauve en quelque sorte « J'viens pas m'faire tatouer. J'travaille ici, t'vois, alors je sais qu'ils sont bons ici. J'te retourne la question: Tu viens t'faire tatouer? » Ah alors comme ça, je suis peut être son futur client. Je détaille son regard dur puis descend les yeux vers sa chemise déboutonnée. J’esquisse un sourire en coin et esquive sa question « Alors comme ça, tu dragues tes clientes, toi ? » puis je lui montre l’objet de ma stupide blague qui ne fait rire que moi, comme d’habitude. Qui plus est, dire qu’un commercial drague sa clientèle comme tactique de marketing, n’est pas très poli, en soi. Ca ne me ressemble pas mais je n’ai pas pu m’en empêcher. Je ne vois que ça, ça m’attire trop l’œil. Je lui souris en coin, pour faire passer la pilule. C’est mon sourire trop mignon, on me pardonne quand je le fais, en général. Puis, au fond, on s’en fou parce que dans un quart d’heure, il va me détester.

Je finis ma clope, laissant un blanc que je savoure pour écouter les bruits alentour. Toujours les mêmes sons, les mêmes mélodies qui me transportent, qui me font oublier où je suis. Je ferme alors les yeux pour mieux écouter. C’est si bon, si doux, si loin de moi comme tout proche. Ma respiration s’apaise et je jette le mégot sur le goudron. Je souffle ma dernière bouffée et quitte mes lunettes de soleil. Je suis et reste une rock star –guitariste, qui plus est- mais je préfère être l’homme ordinaire plutôt que l’intouchable célébrité. Enfin, entre guillemets, je suis pas si célèbre que ça. De mes iris si grises, je le  regarde, puis lui montre mon snakebite « T’es aussi perceur ? ». C’est tout ce que je trouve à dire parce que s’il me répond affirmativement, il va devenir mon tatoueur/perceur attitré. Sans qu’il le sache, comme ça, ca l’emmerdera de voir un client aussi chiant que moi. En plus, il a l’air grave colérique avec ses prunelles si dures. Ca sera un plaisir d’aller le voir … quand j’aurais de la thune. Je pouffe et lui montre la porte d’entrée « Et si on allait en parler d’dans ? On sera plus à l’aise, surtout pour une chose si personnelle ». Ah, c’est mon côté gay qui ressort, je peux pas m’empêcher de faire autant de sous entendu lorsque je sais que les personnes qui passent m’écoutent. Ca les étonne tellement que, bah, ça m’fait rire, moi. Bref, c’est plus un ordre qu’une question. Je compte pas laisser les gens savoir quel sera mon futur tatouage et où il se trouvera. Je hausse les sourcils puis me frappe le front, avec un rire qu’ont les sportifs débiles. Je lui tends une main « Ah, j'oublie. J’m’appelle Maxim. Et toi, c’est quoi ton nom ? ». Je suis tellement sympa comme gars, moi.



Élève de la filière artistiques
✖ Date d'inscription : 12/02/2015
✖ Messages : 38
✖ Yuus : 2621
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 25 ans
✖ Sexe du perso : Masculin
✖ Spécialisation(s) du perso : Dessin
✖ Club du perso : Natation
✖ Travail du perso : Tatoueur et perceur.
avatar
Alekseï N. Liovkine
Élève de la filière artistiques

Jeu 19 Mar - 2:23
Just shut up.
Alekseï & Maxim

Son regard glisse sur le corps du russe et celui-ci aime bien ça. Alekseï a toujours aimé qu'on le détaille de la sorte et c'est exactement ce que l'autre faisait. Certes, il avait un peu l'air délabré, mais certainement moins que celui qui se trouvait face à l'ukrainien. Lorsqu'il lui avait tendu une clope et son briquet, le type avait eu l'air sincèrement soulagé. En même temps, le blond comprenait cette sensation. Quand il est à bout, c'est ce qui le calme le plus efficacement. Peut qu'il était comme lui de ce côté Ce qui leur faisait un deuxième point commun. Et pas qu'un petit. Alek lui rendit la pareille en l'observant attentivement. Il se demandait si lui aussi avait des tatouages cachés. Mais ça il ne le saurait pas à moins de le déshabiller. Bon, c'est un peu ce qu'il fait, mais seulement avec le regard, laissant son imagination prendre le dessus assez facilement. Quand il s'agissait d'hommes tatoués dans le style de celui qu'il avait en face de lui, le blond ne pouvait s'empêcher de les dévisager avec ce léger sourire qui prouvait son attirance indiscutable envers la gente masculine. N'importe qui ayant passé par là pourrait tout de suite voir l'attirance des deux hommes. Pourtant, Alek n'en fit pas de cas. Pas vraiment. Il vit l'autre le regarder dans les yeux un instant avant de baisser son regard sur lui.

- Alors comme ça, tu dragues tes clientes, toi ?

Et il pointe son torse découvert en riant de sa blagues trop nulle. Oh, et puis il lui sourit en coin, de façon mignonne, il faut le préciser, en espérant que ça fasse passer la pilule plus facilement. Heureusement pour lui, Alek fume encore sa cigarette, donc hors de danger qu'il pète un plomb.

- Mes clientes? Non, plutôt mes clients. Jamais je ne draguerai une meuf.

La simple idées qu'il puisse entretenir ce genre de relation avec une femme lui levait le coeur. Bordel, ce qu'il déteste les femmes. Et puis, il avait décidé de ne pas prendre mal la blague idiote de ce mec. Sauf en se vexant qu'il ait pu penser qu'il aimait les femmes. Même pas en rêve, huh. Alek trouve ça dégueulasse, une femme. Il n'y peut rien, le pauvre. Il en voit une, il a envie de dégueuler, c'est pas sa faute. Le russe finit par terminer sa clope tout comme son interlocuteur qui jette son mégot au sol. Alekseï l'imite en soupirant et en passant un main dans sa chevelure d'or. Ah, tiens, il quitte enfin cette maudite paire de lunette. Il peut enfin discerner son regard grisâtre. Il avait semblé ailleurs pendant un moment, mais son regard se pose finalement sur l'ukrainien pure souche pour ensuite lui désigner son snakebite.

- T’es aussi perceur ?
- Ouais.


Puis l'autre pouffe de rire. Alek affiche un air intrigué, car il ne comprend pas la source de son hilarité. Le brun lui montre la porte du doigt.

- Et si on allait en parler d’dans ? On sera plus à l’aise, surtout pour une chose si personnelle.

Il faudrait vraiment qu'il s'informe un peu plus sur le blond, car lui balancer des sous-entendus du genre ne peut qu'attiser son désir. Et ce type rempli assez bien ses critères: beau brun, allure spéciale, tatouages et piercings. Il a tout pour plaire à l'ukrainien. Il faudra qu'il fasse attention où celui-ci pourrait afficher un air peu convenu dans ce genre d'endroit. Posant son regard noisette zébré d'orangé sur le brun, Alek laisse voir quelque chose dans ses yeux. Une promesse silencieuse que s'il lui lançait encore des phrases du genre, il irait droit au but. Et personne ne veut entendre ce qu'il aura à dire à ce moment. Donc il fallait qu'il évite que ce soit sur son lieu de travail. Lentement, le russe se décolle du mur où il était adossé et entreprend de reboutonner sa chemise. Il n'a pas le droit de travailler comme ça, vous comprenez? Il faut qu'il soit impeccable. Enfin, aussi impeccable qu'il peut l'être. Le brun a donc décidé qu'Alek serait son tatoueur? Parfait, il l'aurait ainsi à sa merci. Lorsque l'autre se frappa le front, le blond le regarda étrangement. Qu'est-ce qui lui prend d'un coup? En plus, son rire idiot lui tape sur les nerfs.

- Ah, j'oublie. J’m’appelle Maxim. Et toi, c’est quoi ton nom ?

Le tout en lui tendant la main. Oh, il pense que le russe est assez sympathique pour lui serrer la main lors des présentations? Même pas en rêve. Alors il ne fait que fixer sa main, puis ouvre la porte.

- Tch. Nikolaïev. Amènes tes fesses à l'intérieur.

Sans plus. Il fait son entrée et ne jette même pas un oeil à son patron. Ça le fait grave chier de savoir qu'il est en rogne contre lui à cause d'une pause trop allongée. Il va direct à son emplacement de travail. Là où sont tous ces outils pour la réalisation d'un tatouage.

- Alors tu veux quoi, au juste? J'suis libre, là. Dis-toi que t'es chanceux, Maxim. Autrement, je t'aurais fait prendre rendez-vous. À moins que tu ne sois dans mes rendez-vous sans que je ne le sache?

Alekseï le regarde en haussant un sourcil fin.

Code by AMIANTE

Élève de la filière musicale
✖ Date d'inscription : 07/12/2014
✖ Messages : 25
✖ Yuus : 1219
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 19 ans
✖ Sexe du perso : Homme
✖ Spécialisation(s) du perso : guitare & chant
✖ Poste scolaire : délégué de la L2
✖ Club du perso : ////
✖ Travail du perso : guitariste dans un groupe
avatar
Maxim Romanov
Élève de la filière musicale

Jeu 19 Mar - 17:56



JUST SHUP UP.


Ses paroles sonnent dans ma tête comme une mélodie. C’est si doux et dur à la fois, que je me surprends à en décomposer chacun des sons. Pourtant, je connais cette musique par cœur, pour l’avoir tant côtoyée. L’agréable air des homosexuels dégoutés de la gent féminine. Je le comprends tant, moi-même étant de ce bord là. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’elles me répugnent mais je ne me verrais pas les toucher ou leur faire ce que je pense faire à chacune de mes conquêtes. Elles sont sympas et ce sont mes fans, qui plus est, je ne peux pas leur dire que je les déteste. Il faut une certaine retenue dans le showbiz. C’est une règle de base, d’après les gars, tous hétérosexuels, bien sûr. Eux, ca les arrange que je ne dévoile pas mon attirance pour les hommes, puisqu’en tant que guitariste, j’attire les nanas comme un aimant. Comme je ne souhaite rien faire –je suis contre le sexe, officiellement, alors qu’officieusement …- elles se rabattent sur mes collègues. C’est si dur la vie pour ces pauvres femmes, surtout que je suis beau comme un dieu et que j’en fais craquer plus d’un avec mes tatouages et piercings. Le plus, pour mes aventures d’un soir, c’est celui au téton, le seul que l’on ne découvre que dans la pénombre ou dans une salle d’examination. Dans mon cas, là, et celui du blondinet, ce sera dans un salon de tatouage. S’il savait la chance qu’il va avoir de découvrir ce petit bout de métal dans ce petit bout de chair si érotique, juste parce que c’est son métier de voir des corps. Avec mon sourire en coin, je le regarde dans les yeux et y découvre une lueur qui en dit long, beaucoup trop long. Je préfère ne pas y penser. C’est trop sexy. Le plus, dans toute cette histoire, c’est que j’ai le plaisir de le voir remettre les boutons de sa chemise. C’est que dalle pour quelqu’un de normal, pour moi, c’est un régal oculaire, son tissu étant un objet sexuel qui rend désirable n’importe quel homme un tant soit peu bien foutu, ce qui est le cas de M. le Tatoueur.

Ma main tendue devant moi n’est pas prise par sa paume. Il manque cruellement de sympathie, cet homme. C’est un point que je n’apprécie réellement pas, tant que ça efface mon sourire amical. J’ai toujours pensé qu’en étant gentil, tout le monde ne remarquerait pas mon problème mais s’il accepte pas ma présence, comment je vais m’en sortir sans lui casser la figure ? Il ne faut pas oublier que ma maladie, bien que soignée par thérapie et médicaments, me fait passer de deux pôles en un  seul instant, selon les réactions des mes locuteurs. Je baisse la main, je sens que ma mine est déconfite. «Tch. Nikolaïev. Amènes tes fesses à l'intérieur. ». Ah, quelle douceur dans ses paroles, j'ai presque envie de le suivre. Cette froideur me laisse vraiment de marbre. Je tente de me dire qu’il est pas si con que ça, étant tatoué et ayant un nom soviétique.  Je le suis, nonchalamment. Je passe la porte et regarde sa silhouette à ce blond là. Rien de pervers, à la base mais je ne peux m’empêcher de dériver plus bas. En même temps, il passe devant moi, cet idiot. J’ai cru lui faire comprendre qu’on jouait dans la même  équipe, mais il faut croire que lui, n’a pas saisi. Il nous emmène dans une salle de tatouage. Je m’installe là où doit s’installer un client et je le fixe dans les yeux. Je trouve ses prunelles magnifiques. Il hausse un sourcil et dit « Alors tu veux quoi, au juste? J'suis libre, là. Dis-toi que t'es chanceux,Maxim. Autrement, je t'aurais fait prendre rendez-vous. À moins que tu ne sois dans mes rendez-vous sans que je ne le sache? ». Libre ? Libre en quoi ? S’il savait ce que ces paroles veulent réellement dire dans ma tête. Genre, là, j’suis libre pour … Ah, faut pas penser à des choses comme ça ! C’est pas bien, en soi. On dirait un adolescent en chaleur, pire que les fanatiques nanas qui nous suivent. Je ne suis pas comme elles, quand même.

J’esquive sa question, une nouvelle fois, et dis calmement, sourire en coin « J’préférais déboutonnée. ». Oui, rien que ça. Je suis pas contre qu’il drague ses clients, en étant un. Je sais, qu’en plus, c’est déplacé parce qu’on est là pour affaires. Je tente de rattraper le coup. Je m’éclaircis la gorge en toussant et dis « J’ai toujours d’la chance mais là, j’sais pas trop, on verra le résultat final ». J’abuse avec mes sous entendus mais ce gars devrait vraiment se dérider. Dans la vie, faut savoir rire sinon on fini vieille peau avec une multitude de chats. Personnellement, ca ne sera pas mon cas, je ferais tout pour ne pas être comme ça. Je mordille ma lèvre et attrape un stylo. Je note sur ma main, le mot russe ‘Спокойствие’ et lui montre « J’veux qu’tu m’fasses une calligraphie ou j’sais pas comment ça s’appelle d’ce mot là, sur une feuille. C’est clair, Niko’ ? Tant qu’ca m’plait pas, tu m’touches pas. J’te laisserais pas m’abîmer ». Maxim l’orgueilleux chieur est de retour, en plus du sympathique surnommeur. Mon exigence est surtout basée sur ma peur de détester un tatouage, comme celui qui se trouve sur mes fesses depuis mes quatorze ans. A l’époque, j’le trouvais cool mais, en grandissant … Et puis, ce mot a un sens. J’vais pas m’incruster quelque chose qui ne veut rien dire pour moi, surtout à mon âge. En plus, je trouve qu’il est tellement mon opposé … Ouais, ca veut dire ‘calme’ et j’le suis qu’à l’aide de médicaments ou de cigarettes.  Dans mon esprit, ce tatouage résonne comme une promesse de me guérir lorsque je n’ai plus rien. Je soupire « J’sais pas trop où tu vas m’le faire, ça m’laissera le temps d’y réfléchir … ». Ouais, parce que j’suis comme ça. J’fais tout au feeling. En plus, il m’reste pas beaucoup de place sur le corps pour qu’il puisse supporter un énième dessin. Bah, au moins, j’aurais fait perdre sa journée à quelqu’un.  




Élève de la filière artistiques
✖ Date d'inscription : 12/02/2015
✖ Messages : 38
✖ Yuus : 2621
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 25 ans
✖ Sexe du perso : Masculin
✖ Spécialisation(s) du perso : Dessin
✖ Club du perso : Natation
✖ Travail du perso : Tatoueur et perceur.
avatar
Alekseï N. Liovkine
Élève de la filière artistiques

Jeu 26 Mar - 20:17
Just shut up.
Alekseï & Maxim


Alekseï le sait qu'il est chiant. Il sait aussi qu'il irrite les autres avec son attitude de merde. Comme en est témoin son client du moment. C'est pas parce que Maxim tente de se la jouer sympathique avec le russe que celui-ci va faire de même. Il a toujours détesté ses clients simplement parce qu'ils n'arrivent jamais à se décider et que ça tombe toujours sur lui. Cependant, il adorait dessiner sur leur corps avec une encre indélébile; que ses oeuvres soient vues au grand jour sur ceux qu'il a tatouée. C'est en grande partie ce qui le fait résister à ses excès de colère face à un éternel indécis. Il ne peut même pas imaginer ce qu'il ferait si son patron le congédiait. Être tatoueur, c'est sa vie. Aussi avait-il pris place à son bureau afin d'y sortir des feuilles de papier dans le but de dessiner d'abord ce que Maxim voulait. Simple mesure de sécurité. Lorsqu'Alek avait pris la parole, il s'était un peu douté que son interlocuteur passerait outre sa question pour dire autre chose. C'est pourquoi il pinça les lèvres en le regardant de façon peu amène.

- J’préférais déboutonnée.

Il avait ce petit sourire en coin qui voulait tout dire. Cependant, l'ukrainien le fixait de son regard particulier en ne laissant rien paraître sur son beau visage. Sa remarque avait été déplacée et, quitte à lui gueuler après de foutre le camp, il garda son calme en se disant qu'il allait rattraper le coup avec autre chose. Il fallait qu'il rattrape le coup, sinon il refuserait de le tatouer. Maxim s'éclaircit la gorge en toussotant avant de reprendre la parole.

- J’ai toujours d’la chance mais là, j’sais pas trop, on verra le résultat final.

C'était beaucoup mieux. Comme ça, Alek n'aurait pas besoin de le sortir de la boutique à coups de pied dans le derrière. En fait, la dernière personne qui l'avait dragué sur son lieu de travail en l'incitant à faire de même, il l'avait simplement empoigné par le col pour le lancer dehors et l'injurier. Bon, son boss n'avait pas aimé la façon dont il s'y était pris, mais ne lui avait pas donné de sanction, car il avait été plutôt d'accord avec le russe. Celui-ci avait eu l'impression qu'il le félicitait de ne pas avoir cédé à ses impulsions avec trop de violence. Le blond constate que le brun en a profité pour choper un stylo et s'écrire dans la main avant de le lui montrer. Il y avait d'écrit: Спокойствие. Ce mot voulait dire calme ou tranquillité. C'est comme vous préférez. Cela le fit hausser de nouveau un sourcil fin, ne comprenant pas le lien avec ce mec. Bien qu'il fut beaucoup plus calme qu'Alekseï pouvait l'être.

- J’veux qu’tu m’fasses une calligraphie ou j’sais pas comment ça s’appelle d’ce mot là, sur une feuille. C’est clair, Niko’ ? Tant qu’ca m’plait pas, tu m’touches pas. J’te laisserais pas m’abîmer.
- Comment j'pourrais abîmer un corps si parfait? Ou plutôt, pourquoi j'le voudrais?


Bon, c'est un peu déplacé, mais il ne laisse rien paraître sur son visage. De toute façon, ce n'était pas le premier client à qui il disait ça. Son boss le supportait simplement parce qu'il ne lançait pas de regard rempli de sous-entendus. Sinon, il aurait déjà prit la porte. Le russe empoigne son crayon de la main gauche - il était le seul gaucher dans la boutique, si bien que ses collègues se demandaient comment il faisait avec son équipement pour droitier - et commence à écrire le mot dans plusieurs calligraphies différentes. Son écriture est légère et belle. Il calligraphie le mot avec quelque chose de souple et rond pour commencer, puis passe à quelque chose de plus dur, mais tout aussi rond. Il passe aussi par des formes carrées.

- J’sais pas trop où tu vas m’le faire, ça m’laissera le temps d’y réfléchir…

Pour simple réponse, le blond ne fait que grogner, trop concentré par son travail. En fait, il ne le voyait pas vraiment comme un travail, mais plutôt comme un passe-temps. Ce n'était jamais une besogne pour lui de dessiner. Une fois qu'il a réalisé plusieurs dizaines de calligraphies, il les place devant son client de façon à se qu'il puisse toutes les voir. Alekseï est tellement rempli de talents que tout ce qu'il fait est absolument magnifique. Ainsi, ses calligraphies sont parfaites, mais il sait très bien que certaines ne peuvent pas plaire à tout le monde. Son regard noisette et orangé se pose sur Maxim.

- Dis-moi, Maxim, t'as quel âge? Bien que j'pense pas qu'tu sois mineur, il faut quand même que j'm'en assure, alors t'aurais pas une pièce d'identité? Oui, même si je vois très bien que tu possèdes plusieurs tatouages. Seulement, c'est la première fois que je vais te tatouer et c'est la règle de la maison que de m'en assurer.

Sa voix est beaucoup moins dure que précédemment. Dessiner avait cet effet sur lui. Ça l'apaisait. Aussi, son regard était plus doux, n'exprimant plus seulement sa colère. Sa facette un peu plu sympathique commençait à refaire surface. Mais attention, il n'en fallait pas beaucoup pour qu'il retourne dans son mutisme de colère. Il faisait tourner son crayon entre ses doigts de façon habile en observant le jeune homme face à lui. Bien qu'il soit en plein travail, ça ne l'empêchait pas de savourer du regard des beautés dans le genre de Maxim. Il lui donnait entre 18 et 20 ans, ni plus ni moins. Ce qui faisait en sorte que même s'il n'avait pas de pièce d'identité, il le tatouerait quand même.

- Et puis, si t'enlèves ta veste, j'aurais une meilleure idée de la place qu'il te reste pour se tatouage et ainsi t'aider à te décider.

Il faut le dire, Alekseï donne toujours de bons conseils quant à l'emplacement d'un tatouage. Il avait souvent tenu tête à des clients en leur répétant qu'ils regretteraient d'avoir leur tatouage à cette place et chacun d'entre eux l'avaient par la suite remercié en réalisant plus tard qu'il avait eu raison. Mais si Maxim ne voulait pas de son aide, tant pis pour lui, car s'il jugeait que l'endroit qu'il avait choisi n'était pas idéal, il s'obstinerait avec lui jusqu'à ce qu'il abdique. Ce n'est pas pour rien que tous les clients de l'ukrainien sont extrêmement ravis de son travail et qu'ils reviennent toujours en le demandant.

Code by AMIANTE

Élève de la filière musicale
✖ Date d'inscription : 07/12/2014
✖ Messages : 25
✖ Yuus : 1219
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 19 ans
✖ Sexe du perso : Homme
✖ Spécialisation(s) du perso : guitare & chant
✖ Poste scolaire : délégué de la L2
✖ Club du perso : ////
✖ Travail du perso : guitariste dans un groupe
avatar
Maxim Romanov
Élève de la filière musicale

Mer 1 Avr - 21:25



JUST SHUP UP.


Je dois avouer que j’apprécie les remarques de mon nouveau tatoueur. Lorsque l’on m’avoue ma beauté, je ne peux être qu’heureux, or il n’a pas vraiment vu mon corps, caché sous une veste de survêtement tout à fait moche. Après, il est vrai que je suis fin mais quand même, j’ai peut être pas de muscle, il ne le sait pas. Il ne peut donc que l’imaginer, si on suit la logique. Il a donc une imagination très productive surtout lorsqu’on parle de mon corps, à ce que je comprends par cette parole déplacée mais bienvenue. De toute façon, je ne suis pas atteint par ce qu’il me dit, j’en ai l’habitude, surtout avec le métier que j’exerce. Contre toute attente, guitariste est un métier, surtout lorsqu’on est dans un groupe. Je souris en pensant à mes potes, surement en train de se réveiller dans un tas de gens, comme moi, ce matin, et de paniquer en ne me trouvant plus. On y était allé ensemble, on repart chacun de notre côté. Lorsqu’on va se voir pour les répétitions, ils vont me tuer, mais je leur expliquerais que j’étais avec un homme et, à peine j’aurais prononcé ce mot, qu’ils me stopperont pour que je me taise et n’en dévoile pas plus. Ils n’aiment pas que je parle de mes conquêtes alors, même si le gars est un pote, ils me feront taire parce qu’ils ne savent jamais ce qu’il peut se passer avec moi. J’inspire et souris, sans ajouter un mot, parce que penser à mes andouilles de potes m’a détendu au plus haut point. Imaginer leur réaction, lorsque je prononcerais le prénom de Nikolaïev, est tout à fait jouissif en soi. Lorsque les femmes disent qu’elles sont plus intelligentes que les hommes, j’ai pas de mal à le croire lorsque c’est sur la parole. Ils ne me laissent jamais rien leur raconter alors qu’une nana m’empresserait pour avoir tous les détails. La différence entre les deux sexes est vraiment stupéfiante et c’est pour cela que je préfère les hommes. Au moins, parfois, on peut garder notre intimité, ce qui n’est pas plus mal. Cela évite les dossiers qu’ils peuvent afficher de partout, pour détruire ma réputation.

Je le regarde travailler. Il a l’air tellement concentré que je pourrais être mal à l’aise de ne rien faire. Sauf que je ne le suis pas parce que je le dévisage et, qu’en soi, c’est une activité tout à fait humaine et normale. Puis, comme on dit, c’est en observant que l’on apprend. Bah quoi, j’apprends à connaître cet homme là. D’ailleurs, il est gaucher. C’est tellement étrange, tellement bizarre, pourtant ce genre de personne existe, hein, mais j’en vois pas souvent. Puis, c’est pas comme s’il était moche. Sa beauté m’invite à le contempler dans son art. Bref, j’hésite encore à savoir où me faire cette calligraphie. Le grognement du blondinet me fait hausser un sourcil. Il me sort de mes rêves ainsi, lui. C’est une nouveauté de la part d’un homme. On me répond en général, avec des mots et non des sons. Je souris amèrement. J’ai pas l’habitude d’autant de froideur envers ma personne. En général, les personnes sont chaleureuses, car je peux vite devenir une boule de nerfs dépressive. Je frotte un de mes bras, ça me rappelle mes cicatrices cachées sous l’encre des tatouages. C’est pour ça que j’aime tant tous ces dessins qui cachent souvent des blessures honteuses. Avoir une maladie mentale qui m’accompagne à chaque pas, chaque minute, chaque jour est éprouvant. J’ai pas l’impression d’être moi à 100% parfois. Cette impression est grave chiante. J’ai peut être un dédoublement de la personnalité. En fait, c’est plutôt sûre comme hypothèse, j’suis atteint d’un trouble de la personnalité, donc c’est tout à fait possible. Enfin, j’suis pas médecin, encore moins psychologue, je peux pas savoir ce qu’il se passe dans ma tête.

Nikolaïev me sort, encore, de ma rêverie « Dis-moi, Maxim, t'as quel âge? Bien que j'pense pas qu'tu sois mineur, il faut quand même que j'm'en assure, alors t'aurais pas une pièce d'identité? Oui, même si je vois très bien que tu possèdes plusieurs tatouages. Seulement, c'est la première fois que je vais te tatouer et c'est la règle de la maison que de m'en assurer ». Je le regarde dans les yeux, sans rien dire. Mon sourire vient peu à peu et c’est ouvertement que je rigole. Sa voix est moins dure, ça m’apaise, me met un peu plus en confiance. Il continu en me demandant d’enlever ma veste. Oui, bien sûr, j’allais te le dire, tiens. Je prends mon regard le plus sérieux et déclare « Premièrement, si je quitte ma veste, je me retrouve torse-nu. J’pense que tu l’as remarqué mais, t’sais, j’ai pas fait ça par plaisir … C’matin, j’me suis réveillé hors de chez moi. J’ai pas forcément envie qu’tu vois ce qu’il s’est passé c’te nuit, quoi… » je n’ai pas vraiment regardé mon corps avant de partir de la maison où s’était passée la fête mais je suis persuadé d’avoir quelques suçons par-ci, par là et des écritures ne relevant pas du tatouages professionnels. Je fronce les sourcils pour appuyer mes propos. Je continu « Sinon, tu m’donnes quel âge ? Parce qu’en vrai, j’suis majeur mais j’suis pas si vieux qu’ça … Puis tu t’doutes bien que j’ai pas mes papiers sur moi, hein » et je me lève pour lui montrer comment je suis habillé, on ne peut pas caser quelque chose dans les pauvres poches qui parcourent mes vêtements. Je m’assois et contemple ses calligraphies. Je m’exclame « Ouah ! Elles sont cools ! » je laisse un petit blanc puis avance « Mais c’est pas trop mon style … Recommences ». Je lui souris et tapote le bureau. Ma façon de le dire est très autoritaire. Je n’ai pas honte de ce que j’ai dit, parce que c’est la vérité et que le client est roi. Je me redresse sur mon siège, rempli par cette sensation de supériorité grisante.



Élève de la filière artistiques
✖ Date d'inscription : 12/02/2015
✖ Messages : 38
✖ Yuus : 2621
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 25 ans
✖ Sexe du perso : Masculin
✖ Spécialisation(s) du perso : Dessin
✖ Club du perso : Natation
✖ Travail du perso : Tatoueur et perceur.
avatar
Alekseï N. Liovkine
Élève de la filière artistiques

Lun 20 Avr - 3:28
Just shut up.
Alekseï & Maxim


Un regard directement dans celui d'Alekseï. Ça n'est pas pour lui déplaire, au contraire, ça lui plaît. Il n'y a pas grand monde qui est capable de supporter son regard, car il recèle à chaque instant une part de sa colère cachée. Ce qui rend son regard dur et froid. Que Maxim le supporte très bien prouvait simplement qu'il était de la trempe du russe. Avec ça, son jeune client marque plusieurs points. Le blond voit le sourire de l'autre étirer ses lèvres graduellement pour ensuite ouvertement rigoler. Il ne sait pas pourquoi le brun rit, mais le fait que les deux soient maintenant un peu plus détendus le fit afficher un léger sourire. Un sourire qui n'apparaît pas souvent sur ce jeune visage bien trop dur. Oh, Alek sait profiter de la vie. Bien plus qu'on ne le pense, simplement, il choisit avec qui en profiter. Il est très sélectif quant à ses fréquentations, autant amicales que sexuelles. On peut donc se douter du pourquoi qu'il n'a pas beaucoup de potes. Alors que Maxim prend son regard le plus sérieux, selon l'ukrainien, celui-ci se met à faire bouger son stylo entre ses doigts fins.

- Premièrement, si je quitte ma veste, je me retrouve torse-nu. J’pense que tu l’as remarqué mais, t’sais, j’ai pas fait ça par plaisir … C’matin, j’me suis réveillé hors de chez moi. J’ai pas forcément envie qu’tu vois ce qu’il s’est passé c’te nuit, quoi…
- Oh, alors quoi? T'as fêté et t'as baisé comme toute personne normale profitant de la vie?
- Nikolaïev!


L'interpellé jette un coup d'oeil blasé à son boss, puis reporte son attention sur son client.

- Désolé.

Il ne le pensait pas le moindrement du monde, mais au moins, pour une personne qui ne s'excuse jamais de rien, il l'avait fait. Il décida alors de l'écouter parler, au lieu de se concentrer sur les pensées qui venaient de jaillir dans sa tête. Pourquoi avait-il fallu que Maxim lui dise ça comme ça? Maintenant, il pensait à... Non. Se concentrer sur le paroles de son client assis en face de lui.

- Sinon, tu m’donnes quel âge ? Parce qu’en vrai, j’suis majeur mais j’suis pas si vieux qu’ça … Puis tu t’doutes bien que j’ai pas mes papiers sur moi, hein.
- J'te donne entre 18 et 20 piges.


Évidemment, hein. Au moins, son boss ne pourrait pas lui reprocher de ne pas l'avoir demandé. Ouais, Alekseï est plutôt surveillé dans la boutique pour son tempérament explosif. Pour ne pas dire sous haute surveillance. Mais ça ne le dérangeait pas vraiment, en fait. Tant qu'il pouvait tatouer, il s'en balançait royalement. Pour appuyer ses dires, Maxim se leva de son siège pour lui montrer qu'il n'avait aucune place où planquer ses papiers. Ouais, c'est beau, le blond a capté quand tu lui as dit. Le brun se rassoit et observe enfin les esquisses qu'il avait fait. Vous savez quoi? L'ukrainien savait parfaitement qu'il allait devoir recommencer. Parce qu'il connaît trop bien ce genre de client. Malheureusement, il en a à la tonne. Un autre éternel insatisfait et indécis, de surcroît.

- Ouah ! Elles sont cools !

Ouais. Comme si Alek allait y croire. Bon, peut-être qu'il les trouve réellement cools, mais il sait que ça ne le satisfera pas.

- Mais c’est pas trop mon style … Recommences.

Voilà. Il le savait. Alors tranquillement, comme s'il en fallait de très peu pour qu'il perde patience alors que ça n'est pas du tout le cas, il fait une pile avec les feuilles pour les mettre un peu en retrait sur sa table de travail. Il en empoigne d'autres, toujours en fixant son client et fait une esquisse sans regarder la feuille. Bon, en même temps de donner un peu n'importe quoi, c'est quand même joli.

- Si tu me disais ton style, ça serait beaucoup plus simple et ça m'avancerait. Oh! Mais non, attends. Tu ne voudras pas. Pourquoi? Parce que t'es un de ces foutus clients qui se croient rois alors qu'en fait, t'es juste...
- Niko!


Le blond soupire et remercie son patron intérieurement de l'avoir arrêté dans ses paroles juste à temps. Même si Maxim pouvait se douter de ce qu'il allait dire, il ne l'avait pas dit, justement. Alors il ne pourrait rien faire contre lui. Baissant son regard si spécial, chaleureux et pourtant froid, le russe se remet à la tâche.

- J'te préviens, par contre, si tu te décides pas avant mon rendez-vous qui est dans une heure et demie, c'est dommage pour toi, mais j'te tatouerai pas. Vu que t'as pas pris de rendez-vous, t'es pas ma priorité, t'vois.

Le jeune adulte laisse un moment de silence alors qu'il continue ses esquisses aussi habilement que s'il était né avec un crayon dans les mains et qu'il avait fait ça toute sa vie - ce qui est pratiquement le cas. En vérité, il tentait aussi de se contrôler et ne voulait pas que ça se voit.

- Sinon à te regarder, je vois par ton style que tu dois être musicien ou un truc du genre. J'sais pas, moi, chanteur ou bien guitariste. Y'a tellement de choix, mais je pencherais honnêtement pour guitariste. T'as la gueule pour ça, je trouve. Après, c'est seulement mon avis, hein.

Code by AMIANTE


HRP| Désolée pour l'attente ;;

Élève de la filière musicale
✖ Date d'inscription : 07/12/2014
✖ Messages : 25
✖ Yuus : 1219
✖ RPs aimés par les autres : : 0

✖ Age du perso : 19 ans
✖ Sexe du perso : Homme
✖ Spécialisation(s) du perso : guitare & chant
✖ Poste scolaire : délégué de la L2
✖ Club du perso : ////
✖ Travail du perso : guitariste dans un groupe
avatar
Maxim Romanov
Élève de la filière musicale

Dim 10 Mai - 21:09



JUST SHUP UP.


Mes prunelles grises fixent les siennes, si chaudes et pourtant si froides. Je n’arrive pas à m’échapper de son regard, il est si fascinant et troublant. Elles me troublent et j’ai une raison à cela. Elles ressemblent à celles de mon amour défunt, celui qui m’a fait sortir d’un cycle violent et pervers, que j’ai retrouvé après sa mort. La scène où son cadavre fut retrouvé me revient en tête. Je me rappelle tellement de cette scène, de la douleur que j’ai ressentie en voyant son corps inanimé sous ce drap si blanc … Je ne me rappelle plus de son visage, c’est triste à dire mais c’est la réalité. Celui que j’ai aimé n’est plus qu’un vague souvenir, tout comme la figure maternelle partie il y a longtemps. Je pense que lorsque quelqu’un meurt, on l’oubli peu à peu, peu importe le degré de l’amour qu’on lui portait. C’est glauque, c’est triste, cela me fait serrer les poings et me ramène de ma sombre pensée. Je suis pas comme ça, d’habitude, mais ce sont ses yeux qui font remonter ces souvenirs, ceux que je tente tant d’oublier. J’inspire et décide de m’échapper de l’emprise de ses prunelles. Je baisse la tête et regarde ses mains s’activer pour faire un tatouage que je ne me ferais sûrement pas. Ca me détend, je sens mes muscles se décrisper lentement, mes doigts se desserrent et je les agite pour retrouver la légèreté habituelle qu’ils ont lorsque je joue de ma superbe guitare. Je souris en pensant à mon instrument qui m’attend dans ma chambre. C’est ma copine, la seule et unique femme de ma vie, ma guitare. A côté d’elle, les meufs et les mecs passent presque inaperçus. Presque. Faut pas oublier que l’une de mes passions est les hommes, surtout leur anatomie. Je mordille ma lèvre inférieure, les yeux rivés sur mes doigts, des pensées coquines plein la tête. La voix du tatoueur me sort de ma rêverie « Si tu me disais ton style, ça serait beaucoup plus simple et ça m'avancerait. Oh! Mais non, attends. Tu ne voudras pas. Pourquoi? Parce que t'es un de ces foutus clients qui se croient rois alors qu'en fait, t'es juste... ». Il n’a pas le temps de finir sa phrase qu’il est coupé par un autre homme. Les commissures de mes lèvres s’agrandissent un peu plus, je prends tout à la rigolade. N’empêche, j’aurais aimé qu’il termine sa phrase, bien que je me doute de la fin.

Le blondinet se replonge dans son croquis, me laissant un moment de répit sans ses prunelles troublantes. Je prends le temps qu’il me faut pour observer les traits de son visage. En fait, depuis le début, je ne fais que ça mais il n’y a pas grand-chose à faire dans une salle comme celle-là. Peut être que je devrais regarder la déco’ mais c’est moins intéressant. J’aime beaucoup son faciès. Il est doux. Il contraste avec le caractère apparent de cet homme là. Je regarde sa bouche remuer pour me mettre en garde «J'te préviens, par contre, si tu te décides pas avant mon rendez-vous qui est dans une heure et demie, c'est dommage pour toi, mais j'te tatouerai pas. Vu que t'as pas pris de rendez-vous, t'es pas ma priorité, t'vois. ». Je hoche la tête, un air contraint. Je lui fais perdre son temps, est-ce qu’il s’en rend compte au moins ? N’a-t-il pas remarqué que je n’ai pas de fric, pas de portable et encore moins de poche ? Je pousse un soupir amusé puis joue avec mes piercings snakebite, avec ma langue, à l’intérieur de ma bouche. Un moment de silence s’installe et je décide de ne pas le briser, il n’est pas gênant, il n’est pas flippant. Je continue juste de faire mumuse. Il brise ce silence amusé « Sinon à te regarder, je vois par ton style que tu dois être musicien ou un truc du genre. J'sais pas, moi, chanteur ou bien guitariste. Y'a tellement de choix, mais je pencherais honnêtement pour guitariste. T'as la gueule pour ça, je trouve. Après, c'est seulement mon avis, hein.». Je hoche encore ma tête et m’éclairci la voix « T’as pas tort ». C’est court et ça ne mérite pas plus de mots, de paroles. Je me penche en avant, les coudes sur mes genoux, les mains jointes en un poing. J’humecte mes lèvres et continu avec ce sourire spécial, si malicieux « parce que j’suis … un foutu client qui s’croit roi, t’vois ? Alors qu’en fait, j’suis juste … » et je m’arrête là. Il n’a pas de réponse, bien qu’il sait la vérité. C’est comme tout à l’heure, sauf que moi, je me stoppe tout seul, contrairement à lui. Je renifle et dis « Tu devrais venir m’voir, j’suis plutôt bon dans mon genre ». J’suis un prodige de la guitare, qu’est-ce que j’y peux ? Je me lève de ma chaise et fais quelque pas, je déteste ne pas pouvoir bouger. Je m’étire, laissant le même silence que tout à l’heure. Sauf que là, c’est à moi de le rompre. Je me tourne vers le blondinet et plonge mon regard dans le sien « J’aime bien tes tatouages, c’est toi qui les as imaginé ? J’veux dire … dessiné ? Enfin, j’sais pas, j’connais pas trop ce monde là. Pourtant, c’est une sorte d’art. Mais c’est pas l’art que je préfère. La musique, t’vois, c’est l’art avec un grand « A » alors que le dessin … Ah mais je ne critique pas, hein. Au fait, j’me demande si t’es percé, un peu comme moi, à des endroits secret, peut être ? Si t’as des tatouages, pourquoi pas un petit piercing bien placé, hmm ? ». Je viens de faire ce qu’on appelle un monologue. Ma pensée va au piercing que je garde secret, à mon téton. Je m’assois et hausse un sourcil, gardant mon sourire « Peut être même que tu pourrais me les montrer, un jour. Il n’y a rien de pervers, juste que je suis très attiré par … ces accessoires. Tu comprends lorsqu’on est percé et tatoué comme moi, on peut qu’admirer ses compères ». Mes yeux sont le reflet de l'innocence feinte à cet instant.




hors-rp; je mettrais en forme et couleur plus tard, désolée de l'attente, aussi, mais je t'ai mise au courant /: Je suis désolée, également, pour le pourri de ce poste mais l'inspi' s'en est allée et a du mal à revenir >_< Je serais plus lente au réponse, aussi.
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Afficher la navigation

Anonyme
Il parait que Ryuu Rose Callyum a fait de la télé-réalité... Il baisse dans mon estime !

Maître Corbeau
On aurait croisé Sting Stark dans le couloir avec une plaquette sur une opération de changement de sexe. Était-il une femme ou souhaite-t-il le devenir ?

Batman Portugais
Il parait que Leah A. Parker ferait certaine chose pas très catholique au professeur de Math pour garder une bonne moyenne !

Un fan anonyme
Himeka, l'ancienne super Idole japonaise, dormirait encore avec son doudou en suçant son pouce !

Top modèle
Eikichi Onizuka serait célibataire et rechercherait une petite amie, afin de combler son quotidien !

L'archiviste
Derrière le nouvel élève Kira Akuma Iruya se cacherait... Un démon ? En tout cas, les bleus qu'on peut voir sur quelques racailles semblent montrer qu'il sait se défendre quand on l'agresse...

Kanra
Le petit Kira aurait fondu pour une certaine élève de la filière sportive, fascinant non ?

Anonypoulpe
Katsu Aonori aurait, par le passé, sauvé un bébé phoque d'une attaque de morses.

Le Corbeau Bleu
Il paraîtrait que Eikichi Onizuka a ce caractère de merde, pour dissimuler un Coeur d'ange qui le laisserait paraître pour un garçon facile

Le corbeau bleu
J'ai entendu dire que le petit Kira lancerait volontairement des rumeurs sur lui pour attirer l'attention parce qu'il se sent seul et se trouve inintéressant.

Papillon noir
Gumo Zero utiliserait un faux nom pour cacher son passé d'escorte boy.

12.05.15
Un système de vote pour les réponses rps que vous adorez a été mit en place, pour plus d'informations, rendez-vous Ici.

12.05.15
Un compteur de mots est désormais disponible. Pour plus d'informations, rendez-vous ici

. . .


10.05.15
14 comptes inactifs depuis deux mois, supprimés.

10.05.15
Les résultats des votes aux tops sites sont disponibles pour la semaine du 3 au 10 Par ici.

10.05.15
Les membres possédant un travail à mi-temps ou étant professeur/membre du personnel, ont été crédité pour le mois de mai de 1500 Yuus.

10.05.15
Nouveau concours de prédéfinis, inscriptions et informations Par ici.

. . .


02.05.15
Trois nouvelles filières ouvrent à Yuukou ! La filière du droit et de la politique, la filière technologique et mécanique et la filière militaire ! Pour plus d'informations, rendez-vous à la fin de ce sujet

01.05.15
Yuukou fête ses 6 mois de vie, merci à tous !

01.05.15
Les loyers ont été prélevés.

01.05.15
Supression des comptes fantômes. On passe de 86 à 72 membres. ♥

01.05.15
Un nouveau Tops membres du mois est disponible. On félicite Kjeel Ashcroft pour sa présentation du mois,Jeungo Iseul qui a été élue membre du mois, Kiba Zaraki qui est élu ChatBoxeur du mois, Milo Lafferty, élu Roliste du mois pour son activité et la qualité de ses écrits et le RP du mois est le Rp de Milo et de Shelby : ICI. Félicitations ♥

30.04.15
Design n°3, installé, entièrement réalisé par Ryuu Rose Callyum.

30.04.15
De nouvelles rumeurs sont disponibles dans la Rumeurs'Box.

30.04.15
Désormais vous pouvez trouver des informations sur la météo de la semaine dans l'onglet " La météo ".

. . .


07.03.15
Recensement effectué. Suppression de 49 comptes. On passe donc de 100 membres à 51. ♥

01.12.14
Ouverture du forum au publique.

11.05 au 24.05
Automne


Les températures commencent à chuter à l'approche de l'hiver, petit à petit. Comptez entre 14° et 18° cette semaine, avec quelques nuages aidant le soleil, timide ces derniers temps, à se cacher. N'oubliez pas votre parapluie, il se pourrait que quelques gouttes viennent nous embêter, dansant avec la foudre !
Suivez-nous !


Vous avez la possibilité de nous suivre sur notre page facebook, dédiée au forum et à toutes l'actualité !