AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
FERMETURE DE YUUKOU

Pour plus d'informations, rendez-vous par ici.

Peur et sang [Event] [Groupe 6]
avatar
Invité
Invité

Jeu 12 Mar - 17:46


C'était un après-midi calme, presque comme les autres. A quelques détails prêt en fait. Déjà un nouvel énergumène déambulait dans les couloirs, se faisant regarder avec insistance par les élèves qui ne connaissaient pas cet individu. Un jeune home approchant la trentaine, des cheveux noirs de jais attachés en catogan, des tatouages dans le cou, sur les bras et d'autres mais qui n'étaient pas visible à cause des vêtements. Kenneth venait de débarquer après plusieurs mois d'absence. Enfin d'absence, il avait terminé ses études, il était rentré chez lui, avait commencé une vie normale. Trop normale à son gout vous dira-t-il. Pour enfin recevoir un courrier du directeur qui lui proposait une place comme professeur d'arts. D'abord, Kenneth avait hésité: pourquoi irait-il se faire chier à enseigner sa vision de l'art à des mioches? Puis il repensa à ses années de cours, l'aide de son professeur pour progresser, sa passion pour le dessin et la peinture. Ouais, lui aussi voulait partager sa passion, ses connaissances. Mais il devrait juger les œuvres des autres, sachant qu'il n'aimait jamais ce que les autres faisaient, il allait être un professeur qu'on qualifierait rapidement d'enfoiré. Il avait donc dit au revoir à ses parents ainsi qu'à sa petite-amie et reprit l'avion.

Cela faisait donc seulement quelques heures qu'il était arrivé. Le professeur Lestrange avait donc déposé ses affaires dans sa chambre, bu un café et maintenant, il se rendait à sa salle de cours, cigarette en bouche. Pour le moment, il n'avait pas cours, il ne faisait qu'un repérage des lieux et avait déjà demandé de nouveaux ordinateurs, des tablettes graphiques et un écran plat pour sa chambre. Tout n'avait pas été accepté, je vous laisse deviner ce qu'on lui a refusé. Il ouvrit la salle de classe et y entra. L'odeur de la peinture infestait les lieux et donnait déjà des frissons à Kenneth, qu'est-ce qu'il aimait cette odeur! Il balaya du regard la salle et se figea alors. D'un coup, il passa une table par la fenêtre, puis une autre, puis une chaise. Il fit voler tout ce qui était superflus par la fenêtre en hurlant pour expulser sa frustration d'avoir été réprimandé pour avoir fumé dans les couloirs de l'école. Mais aussi quand il repensait à son vieux professeur qui refusait de s'essayer au dessin sur ordinateur. Quel esprit obtus!! Il fracassa une chaise contre le mur en hurlant des insultes et se sentit enfin soulagé. Un peu. Là, il rouvrit les yeux et eut un léger vertige. Encore un "bug", c'est comme ça qu'il appelait ce qu'il venait de se passer. La salle était toujours en ordre, rangée et impeccable. Kenneth s'était juste imaginé la scène, une façon de s'évader, de laisser libre son imagination quand il ne dessinait pas ou ne jouait pas à la console ou à l'ordinateur. Il avança vers le bureau, se disant que chaque élève devrait avoir un ordinateur et une tablette, qu'il comptait utiliser photoshop mais bien sur: ne pas délaisser le dessin papier. L'âme d'un dessin sur du papier est différent que le numérique, les deux sont biens, mais il faut savoir vivre avec son temps...

C'est alors que des bruits peu communs dans une école, sortirent le jeune professeur de ses pensées. En effet, il venait d'entendre des coups de feux ainsi que des hurlements. Mais bordel, c'était quoi ça? De son époque, qui n'était pas si ancienne que ça -quelques mois tout au plus- personne n'aurait foutu autant de bordel dans les couloirs. Hormis lui, évidemment et on lui aurait encore confisqué sa console ou privé de sortie sur l'archipel. Il ouvrit la porte de la salle de classe à la volée pour voir ce qu'il se passait. Et là, la scène qu'il vit aurait du lui glacer le sang, comme à toute personne normale ou saine d'esprit. Du sang avait éclaboussé les murs, plusieurs étudiants étaient au sol dans un piteux état et un homme armé se tenait au milieu du couloir. Son esprit immortalisa la scène, c'était comme si ses yeux avaient prit une photo et une seule chose comptait: se souvenir de chaque expressions d'horreurs, de douleurs et de peurs afin de les retransmettre sur une toile. Mais rapidement il revint à lui en comprenant la gravité de la situation.

Kenneth avança dans le couloir, cherchant à se diriger vers l'élève blessé le plus proche de lui. Les autres couraient dans tous les sens, c'était l'anarchie la plus totale. Déjà qu'il passait pour un inconnu aux yeux de la grande partie des élèves, obtenir l'autorité face à un mec armé était tout simplement impossible. En parlant du psychopathe, il semblait décider à tirer encore et faire un carnage. Kenneth attrapa la jeune fille blessée et la traina vers la salle de classe dont il venait de sortir. Plusieurs élèves passèrent proches de lui et il hurla de s'y réfugier pour être en sécurité.

"Rentrez là dedans et fermez là pour éviter qu'il nous entende! Allé grouillez vous bordel!"

Plusieurs étudiants s'engouffrèrent dans la salle d'arts plastiques et Kenneth referma la porte derrière lui après y avoir trainé la jeune fille. Il attrapa une table, lança un regard à un des élèves: ne se souciant pas de savoir si fille ou garçon, il se contenta d'ordonner.

"Attrape la table et soulève là qu'on bloque la porte avec! J'ai laissé les clés de l'autre coté et j'ouvrirai pas pour me prendre une balle!"

L'autre s’exécuta et ils bloquèrent ainsi la porte. Sur ce, le professeur Lestrange s'assit sur cette table et fit un rapide tour de la salle pour voir s'il ni avait pas trop d'éclopés avec lui. Enfin s'assurer qu'aucun n'allait mourir sous peu d'une putain d'hémorragie car il avait pas que ça à foutre que faire des pansements avec des chiffons servant normalement à essuyer la peinture ou les mains. Il poussa un soupire, sortit une cigarette de son paquet et l'alluma.

"Pour une première journée de boulot, ça commence sur les chapeaux de roux..."

Ni folle, ni bizarre, ma réalité est juste différente
✖ Date d'inscription : 09/12/2014
✖ Messages : 15
✖ Yuus : 3670
✖ RPs aimés par les autres : : 1

✖ Age du perso : 19 ans
✖ Sexe du perso : Féminin
✖ Spécialisation(s) du perso : Manga & Peinture
✖ Poste scolaire : Aucun
✖ Club du perso : A voir
avatar
Katsu Aonori
Ni folle, ni bizarre, ma réalité est juste différente

Dim 15 Mar - 18:06
R
éveil matin agressant les oreilles, une main qui se lève tâtant au hasard ce qui se trouve sur son passage à la recherche d'un éventuel bouton à défoncer. Rencontrant sur son chemin des feuilles en boules, une sucette déjà entamée et collante, du popcorn, des chips, un reste de pizza, un verre renversé, AH et... Visiblement, une palette de peintures encore humide, quel gâchis. Le son agressif du réveil sonnait encore dans l'appartement. La jeune habitante des lieux releva la tête, difficilement, les cheveux emmêlés, décoiffés, tombant devant le visage. Elle porte une de ses mains à son petit minois, et merde alors, mauvaise main. Voulant dégager les mèches roses de devant ses yeux et se frotte le visage, elle laisse une trainé de peinture sur sa peau, lui donnant un air de commando venant de se faire souiller par du sang bien rouge.

L
a jeune rose se leva et examina la pièce. Encore une fois, elle s'était endormie par terre à moitié affalé sur la table basse. Oh miracle. Encore une fois, elle finit avec des bonbons dans les cheveux, une crampe à l'épaule à cause de la position très confortable qu'elle avait adoptée pour la nuit et les doigts, mains, bras couverts de peintures. Faut-il en déduire qu'une fois de plus, elle avait passé sa soirée à peindre et dessiner au lieu de se sociabiliser un peu et sortir faire la fête ? Bon, elle n'aime pas faire la fête, il ne faut pas lui en vouloir, ses seules obsessions, ce sont ses dessins, ses peintures et ses costumes et de toute façon, toutes les fois où elle a cherché à être aimable, attentionnée et à s'intégrer, elle s'est mangé un mur... Ou un œuf, des boulettes de papier, des croches pattes et des insultes. Il faut croire que la différence fait peur dans ce bas monde, mais la situation est loin d'effrayer l'artistique qui préfère son amuser, jouant la carte de l'innocence et de la bizarrerie.

L
'appartement est encore une fois sens dessus dessous, dégueulasse, bordélique. Caleb n'est pas rentré depuis un moment, il a même disparu de la circulation sans prévenir, si la seule personne qui se sent concernée par la propreté des lieux n'est plus là, ça ne peut plus aller et c'était sans compter sur le fait que Katsu se néglige de nouveau, sans personne sur le dos pour la guider. Cette dernière se traine dans la chambre pour éteindre le réveil qui gueule encore dans l'appartement, puis elle sort sa tenue du jour, la déposant sur le lit. Elle se glisse dans la salle de bains, se déshabille et ne perd pas de temps pour se glisser sous l'eau qui réchauffe agréablement son corps. Une fois propre et toutes traces de peintures éliminées, la jeune femme sort de la douche, se sèche tout en filant dans sa chambre pour enfiler ses sous-vêtements, une robe rouge sang et enfiler par-dessus, son costume du jour. Aujourd'hui, elle sera un creeper. Cette créature sortie tout droit de minecraft, un jeu qu'elle affectionne tout particulièrement pour les bons moments passés dessus en compagnie de son seul ami, à l'époque.

S
ur ces souvenirs nostalgiques, elle attrape son sac déjà près, pose son casque de musique sur le crâne, puis elle sort de l'appartement et se dirige d'un pas pressé vers le port pour prendre la navette et filer en cours. Aujourd'hui, elle va rencontrer le nouveau professeur d'art, elle ne savait rien de lui, ni si c'est une fille, un garçon, un escargot ou un poulpe, ni son nom. Tout ce qu'elle sait, c'est qu'il enseignera les deux spécialisations de la rose : le dessin et la peinture, elle a donc plutôt intérêt à être en bons termes avec ce dernier si elle veut apprendre davantage de choses et s'améliorer dans son art. tout ce qu'elle espère, c'est que ce n'est pas un de ces profs hautains qui pensent tout savoir et qui impose une manière de faire et un style. Chaque artiste à son propre style, son art et cela se doit d'être respecté.

Q
uelques minutes plus tard, le creeper était aux portes de l'école. Elle se faufile dans la cours, entre les groupes qui discutent entre eux tandis que la sonnerie des débuts de cours résonne dans toute l'académie. Elle s'incruste dans le bâtiment scolaire et monte au premier étage, là où se trouve la salle d'art dans laquelle elle a court le plus clair de son temps. Elle peut sentir le regard de quelques élèves se poser sur elle, pas étonnant après tout. Un sourire étirant ses lèvres, elle abaisse son casque sur son cou et ouvre la porte de la salle d'art. Une porte qu'elle aurait peut-être mieux fait de laisser enfermer. Un bruit assourdissant se fit entendre, faisant trembler les murs, suivis du silence de chaque élève présent dans les couloirs. Que vient-il de se passer ? Une explosion ? Katsu s'approche lentement des fenêtres pointant vers la cours et son sourire disparu en voyant le spectacle qui s'offre à elle. Un trou bayant au milieu de la cours, le sol jonchait de cadavre sanglait... Qu'est-ce qui se passe ? Elle n'a pas le temps de répondre à cette question que de nouveaux bruits agressifs se font entendre, des bruits de coups de feu. Par réflexe, elle se recroqueville légèrement, ne sachant d'où vient l'attaque. Elle voit le corps de quelques élèves flancher et tomber lourdement sur le sol devant elle. Elle ne peut pas rester là, mais la scène lui paralyse les jambes. Le cœur battant lourdement dans la poitrine, elle se son sac contre elle et tente de se lever, sans succès. Il faut croire que la peur peut devenir notre ennemie en un rien de temps. Elle regarde fixement devant elle, perdue dans ses pensées jusqu'à ce qu'une giclée de sang ne fouette la peau de son visage et la ramène à la réalité. Elle se lève d'un bond et s'engouffre dans la salle d'art qu'elle a ouvert tantôt, suivi de près par d'autres élèves, certains blessés. Ce qu'elle n'a pas réalisé, c'est qu'elle l'était aussi. Une entaille dans le bras, surement produite par une balle qui la manquait. Elle secoue le visage, le lève et balaye la salle du regard alors qu'elle pose son sac dans un coin contre le mur. Ils sont environ 10 et un type ressemblant de loin à un professeur est enfermé avec eux dans la salle. Reste à savoir si c'est une bonne ou une mauvaise chose.

L
e bruit des coups de feu se stoppa et seuls des bruits de pas, mélangeait au silence se fait entendre...





Je vois ce que les autres ne voient pas...
Personnel
✖ Date d'inscription : 27/03/2015
✖ Messages : 13
✖ Yuus : 2709
✖ RPs aimés par les autres : : 71

✖ Age du perso : 20
✖ Sexe du perso : Masculin
✖ Spécialisation(s) du perso : //
✖ Poste scolaire : Bibliothécaire
✖ Club du perso : //
✖ Travail du perso : Bibliothécaire
avatar
Gumo Zero
Personnel

Ven 8 Mai - 13:49
Je venais de me réveiller. Ou étais-je ? Mes yeux étaient lourds. Il me fallait quelques secondes pour remarquer que je n’étais pas dans ma chambre. Me redressant d’un seul coup, je poussais un cri de douleur avant de retomber sur le sol. Agrippant mon épaule, une douleur atroce ce faisait sentir. Tournant mon regard vers cette dernière. La chemise blanche que j’avais mise aujourd’hui était devenue à moitié rouge. Putain pour une fois que je m’étais une belle chemise… Agrippant mon épaule pour m’aider à me relever, je pointais mon regard autour de moi et ce que je vue ne me figea sur place. Plusieurs corps ce trouvais éparpiller autour de moi, tous cribler de balle. Qu’est-ce qu’il c’était passer…

Soudain, un bruit attira mon attention. Tombant sur le sol pour simuler une personne morte, mes cheveux cachaient mes yeux à peine ouvert. Je regardais deux personnes armée qui semblait faire une ronde. Écoutant leur conversation, il semblerait que plusieurs élève c’était réfugier dans une salle et c’était barricader dans cette dernière. Il fallait que j’y aille ! Seulement, dans mon état, e ne leur serais peut-être d’aucun secours… Tant pis, il le fallait. Attendant que les deux individus sois assez loin pour ne plus me voir, je me redressai avec difficulté. Le trou dans mon épaule provoquait des spasmes de douleur dans tout mon corps, mais ce n’était pas la première fois que cela m’arrivait. C’était toujours aussi désagréable. Je sentais encore la balle qui c’était loger dans mon épaule, il fallait que je la retire, mais pas ici. Passant sur mes genoux, j’essayais de me lever. Une fois chose fait, je fus pris de vertige et je me collais au mur pour ne pas tomber à terre. J’avais perdu trop de sang…

Il fallait que je trouve cette salle d’art dont parlais les deux hommes armés. Je titubais dans un couloir dont les murs étaient recouverts d’éclaboussure de sang. De nombreuses exécutions avaient eu lieux dans ce couloir… Soudain, quelque bride de souvenir me revenait, je faisais partie de ses personnes, seulement, j’avais eu plus de chance que les autres… Je suis sans doute du tomber et me cogner le crane, d’où le fait qu’il ait cru que j’étais mort… Je fis une pause dans une salle. Mes jambes tremblait et ma blessure n’arrêtais pas de saigner, il fallait que je retire la balle… Dans la salle ou je me trouvais, rien ne pouvait me servir pour extraire ce morceau de métal. Attrapant ce qui ressemblait à une barre de bois, je la plaçai entre mes dents…

« Aller… Tu l’as déjà fait… Ce n’est pas sorcier...»

Sans perdre une seconde, je fis rentrer mes doigts dans le trou de mon épaule pour aller chercher la barre. Ma respiration était saccader, la douleur était insupportable. Attrapant ce que j’étais venue chercher, je la sortie dans une gerbe de sang… Cherchant autour de moi, je vu une fine veste sur une chaise. Attrapant cette dernière, j’en déchirais des morceaux. Un pour faire un point de pression sur la blessure et un autre pour faire un bandage de fortune. Il me fallut plus de dix minutes pour faire cela et le temps me parut une éternité. Une fois finit, je restais assit quelques minutes pour attendre que la douleur redescende un peu. Il fallait que je trouve quelques chose pour calmer ma fièvre, mais je verrais cela plus tard, il fallait que j’atteigne la salle d’art au plus vite.

Regardant autour de moi, je cherchais comment y accéder. Je savais qu’elle se trouvait un peu plus loin, seulement je ne savais pas encore comment l’atteindre. D’après les deux hommes armées, elle était barricader, donc impossible d’entrer par la porte. Tenter une approche extérieure serait périlleux dans mon état, surtout qu’on était au premier étage. Alors que je balayais du regard la pièce du regard, mon attention se dirigea vers le plafond. Bien sûr ! Il fallait que je passe par le faux plafond ! Je me trouvais dans une salle de classe qui ressemblait à un mini amphithéâtre, atteindre le faux plafond n’allais donc pas être une chose difficile. Montant les escaliers qui menaient en haut de la salle, je touchais presque le plafond. J’ai simplement escaladé un bureau, oui car dans mon état c’est plus de l’escalade qu’autre chose… Poussant un carreau du faux plafond, je regardais à l’intérieur de celui-ci. Il faisait noir, mais quelques rayons de lumière arrivaient passer entre les files électriques et la poussière.

Grimpant dans le plafond, je ne pouvais bouger qu’en rampant et très lentement, le moindre faux mouvement me ferait passer à travers le plafond. Je refermais le carreau que j’avais ouvert pour ne laisser aucune trace de mon passage et commença à avancer tout droit dans le noir. J’évitais les files, je m’empêchais de tousser à cause de la poussière. Il me fallut bien vingt minutes à ramper comme cela pour arriver à la dite classe d’art. Regardant à travers une ouverture, je ne voyais presque rien. Soudain, j’aperçue la barricade qui ce trouvais devant la porte. Des tables et des chaises formaient un mur assez solide pour que personne ne puisse entrer, mais si ses hommes possédaient des explosifs, là je ne donnais pas cher de ce mur de fortune… Avançant légèrement, j’aperçu un petit groupe d’élève qui semblait terroriser par la situation, il fallait que…

Un craquement ce fit entendre, alors que je sentais le plafond s’écrouler sous mon poids, j’essayais de me rattraper à ce que je pouvais, mais en vain. Ma chute ne dura qu’une fraction de seconde et j’entendais les cries apeurer des élèves qui me voyait sortir du plafond. Mon corps s’écrasa dans un bruit sourd sur le sol. Les saignements de mon épaule sous le bandage que j’avais fait reprirent de plus belle. J’étais à bout de force et je ne pouvais plus bouger. Tout mon corps me faisait mal. Tournant la tête sur le côté, j’aperçue une jeune fille à l’écart du groupe. Elle semblait être légèrement blesser au bras, mais qu’une blessure superficielle.  Je n’avais plus la force de bouger. Les pics de douleurs qui partait de mon épaule et allait jusqu’au reste de mon corps devenait de plus en plus violent.

« De l’eau… »



Élève de la filière du cinéma
✖ Date d'inscription : 26/11/2014
✖ Messages : 135
✖ Yuus : 4969
✖ RPs aimés par les autres : : 11

✖ Age du perso : La vingtaine ?
✖ Sexe du perso : Féminin
✖ Spécialisation(s) du perso : Dessin et vidéo/photo
✖ Logement : Studio n°, situé à l'académie.
✖ Poste scolaire : X
✖ Club du perso : De tout ce qui est inutile mais chouette
✖ Travail du perso : Comédienne
avatar
Jen Ky.M.
Élève de la filière du cinéma

Ven 8 Mai - 23:20
Très bien je vous fait la situation en bref. Y'a des espèces de tarés complètement .. Complètement je sais pas quoi qui on démarqué, qui se sont mis à tiré dans tous les sens dès que ça bougeait un peu. Je vous jure on dirais le dernier Avengers.. Bon okay en moins gros et pas trop trop dans le même contexte mais quand même ! Je vous avoue je comprends pas du tout ce qu'il se passe. J'étais tranquillou en train de me prélasser dans dans les jardins et là j'entends un espèce de vieux taratatatatatattatatatatatta.. Bah forcément je me demande ce que c'est. Bon à vrai dire je pensais que c'était juste des mecs un peu con qui essayaient leur nouveau pistolet à billes mais que dalle. D'ailleurs en parlant de dalle ! Quand j'ai posé mes pieds sur l'une de celle du jardin quittant alors la pelouse ma magnifique basket turquoise s'est retrouvé avec la semelle pourpre. Entendez là un rire nerveux et un sourire septique. J'hésite à gueuler un bon coup "Nan mais là on arrête la caméra cachée et on profite du soleil !" mais ..Comment dire ? Après avoir vécu à Hollywood pendant un bon bout de temps je sais reconnaître une mise en scène.

Je vous le confirme donc j'ai à mes pieds un cadavre et mon tendre et cher petit doigt me dit que ce ne sera pas le seul que je croiserais. Je prends le temps de m'occuper du corps inerte. Son souffle est faible mais qui sait il n'est peut être pas si cadavre que je le pense.. Enfin.. Si il est quand même super mal en point. M'enfin j'ai rien pour contacter qui que ce soit. Bon je le cache et le met en position latérale de sécurité. Si ça peut lui sauver la vie autant le faire. Y'a personne derrière ce bâtiment. Quoique .. j'ai rien dit ! On couuuurt !


Mais c'est qui ces mecs là ?! Non mais y'a des taratata partout! Ca fout grave les pétoche ! Non je sais pas quoi faire ! Je sais pas quoi faire ! euuuh .. Mon allez Jenny ! Pense ! Pense ! Pense ! Non mais là y'a rien qui vient à part la dernière chanson de Woodkid "Run Boy Run" et que .. J'ai grave la dalle.. (tiens on parle encore de dalle..) Vous l'entendez ce pauvre ventre qui grogne tristement .. Qu'est ce qu'on va faire de ce petit chou sérieusement ? J'ai de la peine pour lui. Bon dans tous les cas il faut que je m'abrite. J'ai pas trop le choix. Dehors je suis trop vulnérable. Aaah ! Bah en voilà une idée ! Bon ! Alors où ? Forcément toutes les issues sont fermées .. Aaah .. Aaah .. AAAAH ! Ouais ! Y'a des gens stupides dans ce monde ! Y'a une des salles qui à une fenêtre ouverte ! Et beh c'est parti ! Let it go comme on dit hein !

Alors aux personnes qui veulent tenter l'expérience, le ventre qui gargouille et l'escalade c'est pas le plus fun des combos. Enfin bon. On y est presque .. Et et .. Eeet.. Chtak ! La fenêtre ouverte et on s'écrase morte - façon de parler hein ! Vous pouvez remplacer par "tel un cachalot" si vous voulez- et puis là .. Ah mais y'a des gens en fait ! Alors on a qui ? Des inconnus ! Je suis peut être arrivé dans le mauvais QG ! Enfin non .. A en voir l'état du déchet qui demande de l'eau devant moi et à en juger leurs âges et leurs tenues ce sont des étudiants comme moi. Bon beh autant se présenter ! Je me lève et frote un peu mon blouson. Là je tilte. Ces gens viennent de voir un espèce de gros chat s'écraser dans leur salle .. Hmm.. Etrange situation. Je retire donc ma capuche laissant voir mon visage.

-Hi ! Jen !


Et au même instant trois coups de feu. Beh c'est cool on a une vitre en moins, une balle dans le mur et .. Aouch.. 2 balles dans le mur mais avec un petit bout de chair du bras de miss Ky.M qui fait bien de se rabaisser hors de la vue des gentils messieurs qui sont en bas. On est dans de beaux draps c'est chouette !



Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Afficher la navigation

Anonyme
Il parait que Ryuu Rose Callyum a fait de la télé-réalité... Il baisse dans mon estime !

Maître Corbeau
On aurait croisé Sting Stark dans le couloir avec une plaquette sur une opération de changement de sexe. Était-il une femme ou souhaite-t-il le devenir ?

Batman Portugais
Il parait que Leah A. Parker ferait certaine chose pas très catholique au professeur de Math pour garder une bonne moyenne !

Un fan anonyme
Himeka, l'ancienne super Idole japonaise, dormirait encore avec son doudou en suçant son pouce !

Top modèle
Eikichi Onizuka serait célibataire et rechercherait une petite amie, afin de combler son quotidien !

L'archiviste
Derrière le nouvel élève Kira Akuma Iruya se cacherait... Un démon ? En tout cas, les bleus qu'on peut voir sur quelques racailles semblent montrer qu'il sait se défendre quand on l'agresse...

Kanra
Le petit Kira aurait fondu pour une certaine élève de la filière sportive, fascinant non ?

Anonypoulpe
Katsu Aonori aurait, par le passé, sauvé un bébé phoque d'une attaque de morses.

Le Corbeau Bleu
Il paraîtrait que Eikichi Onizuka a ce caractère de merde, pour dissimuler un Coeur d'ange qui le laisserait paraître pour un garçon facile

Le corbeau bleu
J'ai entendu dire que le petit Kira lancerait volontairement des rumeurs sur lui pour attirer l'attention parce qu'il se sent seul et se trouve inintéressant.

Papillon noir
Gumo Zero utiliserait un faux nom pour cacher son passé d'escorte boy.

12.05.15
Un système de vote pour les réponses rps que vous adorez a été mit en place, pour plus d'informations, rendez-vous Ici.

12.05.15
Un compteur de mots est désormais disponible. Pour plus d'informations, rendez-vous ici

. . .


10.05.15
14 comptes inactifs depuis deux mois, supprimés.

10.05.15
Les résultats des votes aux tops sites sont disponibles pour la semaine du 3 au 10 Par ici.

10.05.15
Les membres possédant un travail à mi-temps ou étant professeur/membre du personnel, ont été crédité pour le mois de mai de 1500 Yuus.

10.05.15
Nouveau concours de prédéfinis, inscriptions et informations Par ici.

. . .


02.05.15
Trois nouvelles filières ouvrent à Yuukou ! La filière du droit et de la politique, la filière technologique et mécanique et la filière militaire ! Pour plus d'informations, rendez-vous à la fin de ce sujet

01.05.15
Yuukou fête ses 6 mois de vie, merci à tous !

01.05.15
Les loyers ont été prélevés.

01.05.15
Supression des comptes fantômes. On passe de 86 à 72 membres. ♥

01.05.15
Un nouveau Tops membres du mois est disponible. On félicite Kjeel Ashcroft pour sa présentation du mois,Jeungo Iseul qui a été élue membre du mois, Kiba Zaraki qui est élu ChatBoxeur du mois, Milo Lafferty, élu Roliste du mois pour son activité et la qualité de ses écrits et le RP du mois est le Rp de Milo et de Shelby : ICI. Félicitations ♥

30.04.15
Design n°3, installé, entièrement réalisé par Ryuu Rose Callyum.

30.04.15
De nouvelles rumeurs sont disponibles dans la Rumeurs'Box.

30.04.15
Désormais vous pouvez trouver des informations sur la météo de la semaine dans l'onglet " La météo ".

. . .


07.03.15
Recensement effectué. Suppression de 49 comptes. On passe donc de 100 membres à 51. ♥

01.12.14
Ouverture du forum au publique.

11.05 au 24.05
Automne


Les températures commencent à chuter à l'approche de l'hiver, petit à petit. Comptez entre 14° et 18° cette semaine, avec quelques nuages aidant le soleil, timide ces derniers temps, à se cacher. N'oubliez pas votre parapluie, il se pourrait que quelques gouttes viennent nous embêter, dansant avec la foudre !
Suivez-nous !


Vous avez la possibilité de nous suivre sur notre page facebook, dédiée au forum et à toutes l'actualité !